SXSW 2011 : mon compte-rendu

Me voilà de retour de la 25e édition du festival South by Southwest (SXSW). Cinq jours d’incroyables conférences, de rencontres et d’échanges à Austin au Texas avec ceux et celles qui font et feront les médias numériques de demain!

Avec plus de 200 conférences présentées dans 10 lieux différents, le SXSW est un véritable marathon qui débute tôt le matin et qui se poursuit jusqu’à très tard dans la nuit. Parce qu’au SXSW, ça fait la fête! Une journée typique : les conférences débutent à 9 h 30. On les enligne une après l’autre jusqu’à 17 h-18 h en courant d’un endroit à l’autre. Ensuite, on va prendre un verre et manger une bouchée pour ensuite se diriger vers les partys. L’heure du retour dépend de la résistance de chacun. Et ça recommence le lendemain. Evidemment, après deux jours, on remarque une légère baisse d’affluence aux conférences du matin.

Plusieurs excellents résumés ont été publiés. Je vous invite à lire ceux de Nathalie Collard de La Presse, d’Isabel Lapointe sur Infopresse et de Marie-Catherine Beuth sur le blogue du Figaro. Vous trouverez ci-joint mes impressions générales.

Ai-je vraiment appris des choses au SXSW?

Bonne question! Je crois que ça vient plutôt confirmer nos visions, renforcer des concepts que nous connaissions déjà. En fait, je venais surtout ici pour mesurer un peu mes connaissances. Mon constat? Nous sommes à la hauteur, et nous n’avons rien à envier aux autres! Au final, on revient plus  inspiré et plus motivé du SXSW. C’est l’effet numéro un.

Ce que je retiens aussi du SXSW, ce sont les rencontres que j’ai faites. Le networking y est formidable. C’est extraordinaire d’être entourée de gens qui parlent le même langage.

C’est merveilleux d’être entourée de gens comme nous 🙂

Au sujet du contenu, ce qui est revenu souvent dans les conférences des principaux keynotes/speakers, c’est la relation avec le consommateur. La relation doit être bâtie sur la loyauté, la transparence, l’échange, l’écoute et aussi les valeurs. Les marques doivent connecter avec le consommateur. Voici quelques phrases retenues :

« It’s not what we make, it’s how we make them feel. » – Marc Ecko

« I firmly believe with all my heart that we are living at the beginning of the humanization of business […] Companies need a Thank you department as much as/more than a sales team. […] It’s not how many followers you have, it’s about how much your followers care about you. » – Gary Vaynerchuk

« When you integrate giving into your business, your customers become your marketers. Don’t focus on advertising, focus on « giving » and make it sustainable. » – Blake Mycowski


Guy Kawasaki et moi

Mes conférenciers coups de cœur

– Paul Reuben aka Pee-wee Herman : il était au SXSW pour promouvoir sa prochaine pièce sur Broadway. Charmant, humble et drôle. C’est toujours passionnant de découvrir le parcours de quelqu’un. Il nous a entre autres appris que la création du « Peewee Herman Show » avait été motivée par le fait qu’il n’avait pas été retenu par Saturday Night Live. Des extraits ici.

– Gary Vaynerchuk : Il faisait la promotion de son nouveau livre « Thank You Economy ». Je suis une fan finie de ce mec-là. Et il a été à la hauteur de mes attentes! Voici un vidéo de la conférence, les images sont moyennes mais le contenu est la.

– Felicia Day : Une belle découverte. Cette jeune fille a créé la web series « The Guild », qui a connu un grand succès grâce aux médias sociaux. La preuve que lorsqu’on est passionné et qu’on persévère, on réussit! Un beau modèle inspirant. Encore une fois, mauvais vidéo mais le contenu est là.

– Dennis Crowley (Foursquare) interviewé par Pete Cashmore (Mashable) : Dennis n’a que 27 ans, et c’est fascinant de voir sa compagnie aller et de voir comment la start-up va évoluer. Court extrait ici.

– Marc Ecko : Il nous a parlé de son parcours et de l’importance de l’authenticité. Un homme très inspirant et fascinant. Il était là pour lancer la campagne Fight the Paddle.

– Blake Mycoskie (Tom’s Shoes) : Je ne connaissais pas le concept de cette entreprise. Tom’s Shoes offre une paire de chaussures à des enfants défavorisés pour chaque paire de chaussures achetée. Depuis septembre 2010, un million de paires ont été distribuées. Super concept marketing. Très engageant pour le consommateur. Et écouter l’histoire d’un entrepreneur, c’est toujours inspirant. Extrait ici.

– Clay Shirky : Une des première conférence auquel j’ai assité. Clau Shirky étudie l’impact d’internet sur la société depuis 1996. Il nous a parlé de l’utilisation des médias sociaux pour la démocratie. Dans le contexte politique actuel (conflits, etc.), c’était excessivement pertinent et passionnant. Et ça fait beaucoup réfléchir. Extrait ici.

*****

Cette 25 eme édition du South by Southwest m’a beaucoup plu. C’était dans l’ensemble bien organisé (évidemment que j’ai analysé le tout!). J’ai tout de même pu y constater quelques failles qui s’expliquent probablement par le fait que l’événement soit victime de sa propre popularité (les inscriptions ont augmenté de 30 %).

Les sites

Les conférences se tenaient dans différents endroits, principalement au Austin Convention Center mais aussi au Hilton, au Hyatt et au Sheraton. Les distances entre les endroits variaient entre cinq et 20 minutes à pied. Le hic, c’est qu’il n’y avait que 30 minutes entre deux conférences! C’est pourquoi après deux jours, j’ai malheureusement laissé tomber plusieurs conférences tenues à des sites extérieurs. Problème de temps, problème de distance! SXSW devrait revoir cette formule. Il serait préférable d’offrir moins de conférences et de les concentrer au Hilton et au Convention Center. Comme ils le faisaient auparavant.

Les conférences

Pete Cashmore (Mashable) interviewant Dennis Crowley (Foursquare)

Choisir ses conférences est une véritable sinécure. On veut tellement faire le bon choix, et il y en a plusieurs d’intéressantes en même temps. Et comme je le mentionnais, la distance entre les salles influence aussi nos choix.

Il y a trois sortes de conférences. Les gros Keynote/Speakers, en général une valeur sûre. Ensuite il y a les Panels. Parfois c’est bon, parfois c’est moins bon. C’est un gamble. Ça dépend de qui est dans le panel et de qui l’anime. Et pour finir, il y a les Core Conversations. Cette formule est animée, mais tous peuvent y participer pour partager leurs connaissances. Moi, j’ai assisté à une très bonne. Mais une collègue, elle, n’a pas eu de bonnes expériences avec ce type de conférence. Aussi : les conférences sont de trois niveaux. Débutant, intermédiaire et avancé.

Choisir seulement en fonction du titre et du contenu d’une activité peut être « tricky ». Il est important de bien regarder qui donne la conférence ou qui fait partie du panel. C’est très important. Toutefois, il peut arriver que ça ne soit pas très bon même si c’est écrit que c’est quelqu’un de Facebook qui donne la conférence. C’est ce qui est arrivé à une collègue qui est allée voir la conférence de 4chan. Elle a été très déçue parce que le speaker n’était pas bon. SXSW aurait intérêt à être plus sélectif dans le choix de ses conférences et de ses conférenciers.

Petite faille : les salles étaient parfois pleines et on ne nous laissait pas entrer, ce qui pouvait être frustrant par moment. Parlez-en à Nathalie Collard qui s’est fait refuser une fois. Toutefois, pour les gros speakers, SXSW a pensé retransmettre simultanément les conférences dans d’autres salles. Bien vu!

Transport


Mon principal moyen de transport durant le SXSW

Des navettes sont disponibles pour aller d’un endroit à l’autre, à nos hôtels et aux partys le soir. Mais pas d’horaire fixe, donc parfois on attendait longtemps. Une trentaine de voitures commanditées par Chevrolet offrait le transport d’un site à l’autre. Mais pour ma part, j’ai beaucoup utilisé les petits vélos/transporteurs. Fort pratiques. Soit ils étaient gratuits/commandités par Google ou autres cies, soit ils nous coûtaient 10 $ p.p.

Marcher, marcher… ça prend de bons souliers!


C'est épuisant SXSW

On marche beaucoup au SXSW. Donc prévoir de bons souliers. Les bottes étaient très populiare auprès des filles. (commentaires de filles) Une suggestion pour les organisateurs serait d’installer des stations de massage au Centre des congrès. Et croyez-moi, ce kiosque serait très occupé! Je ne comprends pas qu’un commanditaire n’y ait pas pensé.

Où recharger son iPhone?

Pour moi, ça reste toujours un mystère qu’on puisse aller sur la Lune mais que nos iPhone et batteries d’ordinateur ne durent même pas une journée. Heureusement, grâce à certains commanditaires, on pouvait recharger nos appareils un peu partout au Centre des congrès. Jamais je n’ai vu de prises être autant sollicitées…

Vous avez dit gratuit?

Ça ne coûte pas cher au SXSW. Du moins si on le veut. Il est possible de se nourrir et de s’abreuver gratuitement toute la journée. Plusieurs entreprises ont installé des lounge dans le Centre des congrès. On peut s’y asseoir, manger et boire. Et aux alentours du centre, en plein soleil, différentes entreprises offrent des sandwichs à la crème glacée, des tacos et même, au lounge SoBe et au Pepsi Lot, des boissons alcoolisées!

Au lounge SoBe, on donnait des cours de DJ tandis qu’au PepsiMax Lot, on retrouvait des tables de ping-pong et de baby-foot. Très agréable! Aussi : l’équipe de Foursquare était présente tous les jours. Il était donc possible de faire la rencontre de Dennis Crowley, le propriétaire, et même de jouer aux quatre coins avec lui!

Dennis Crowley qui joue au 4 coins

De plus, au SXSW, on se fait offrir plein de trucs en échange de quelque chose. Un soir dans un bar, je n’ai eu qu’à downloader une application et, en échange, c’était bar ouvert! Un ami s’est même fait offrir un iPad2 en échange de se faire tatouer le logo d’une Cie. Ce qu’il a fait! Vous en pensez quoi? Ah ce qu’on ne ferait pas pour un iPad… ou un bar ouvert!

Le tatoo en question

Nourriture et alcool

Bravo au Austin Convention Center qui offrait un excellent choix de nourriture. Ça faisait du bien de ne pas avoir juste de la malbouffe! Sushis, sandwichs faits sur place, options végé, fruits… et plein d’autres trucs santé! Pas trop d’attente non plus. Une mention spéciale à la station de grilled cheese. That place saved my life!

Logis

Ceux qui ont réservé d’avance étaient logés près du centre-ville et donc près du Austin Convention Center. Les autres, eux, restaient à quatre milles du centre. Ce qui était mon cas. Même si ça coûte plus cher, je recommande très fortement de loger proche du centre-ville. C’est bien d’avoir l’option de repasser à sa chambre avant de souper pour déposer ses trucs, prendre une douche et se reposer. Ce qui ne fut pas mon cas. 🙁

La crowd

Je m’attendais à une crowd plutot geeks. Eh bien pas du tout! Je fus agréablement surprise. Belle crowd. Disons que mes collègues Québécois et moi n’étions pas tous d’accord, mais je crois que certains en couple essayaient plutôt de s’en convaincre. 🙂

Partys

Ça fête fort à SXSW. Mais, personnellement, j’ai trouvé que c’était un peu le bordel. Toujours plein de line-up partout avec des attentes d’au moins une heure. C’était aussi très compliqué. Toujours deux lignes. Liste VIP, badge platine, et on nous demandait parfois des trucs stupides comme de checker-in à quatre endroits différents sur Gowalla, etc. Trouver les infos pour les partys était parfois très compliqué, certains n’étant divulgués qu’à la dernière minute. Heureusement, il y avait  l’application Hurricane pour se tenir au courant. Et, une fois entré, on était très heureux car presque tout était gratuit. Le party de Foursquare dans une centrale électrique désaffectée fut un des partys mémorables.

SXSW 2.0

Hashtag pour chaque conférence

 

Applications : il y avait plusieurs apps pour le SXSW. La principale? SXSWGO pour les horaires, les sites et la description des conférences. Très bien faite et très pratique.

Hashtag : Plusieurs hashtag à SXSW. Une excellente source d’information. Il y en avait même un pour chaque conférence. Brillant!

Live Streaming : Les conférences principales, donc les keynotes et certains panels, étaient diffusées en direct sur le web. Très agréable pour ceux et celles qui ne pouvaient être au SXSW.

Tweet Wall : Plusieurs marques ont créé des Tweet Wall. Samsung, Pepsico, etc.

Monster Tweet Wall
Samsung Tweet Wall

Mais c’est définitivement celui de Pepsi qui m’a le plus impressionnée :

Foursquare Check-in Wall : je ne sais pas si ça porte ce nom, mais bon. Il y en avait plusieurs aussi.

Encore une fois celui de PepsiMax a attiré mon attention puisqu’on y intégrait Instagram, Twitter et Foursquare.

iPad2

 

Apple Pop up Store

 SXSW étant La Mecque des geeks, Apple a décidé d’y installer une boutique pop-up, montée en moins de 72 heures, afin de marquer le lancement de l’iPad2. Et en passant, j’ai le mien!

La ville d’Austin

Austin est une superbe ville! Nous sommes tous tombés sous le charme. Les gens y sont charmants, accueillants, chaleureux. On y retrouve d’excellents restos. Et si vous aimez la musique, eh bien à chaque coin de rue il y a un bar avec de la musique live. Charmante ville. Vraiment.

*****

Petit sondage rigolo sur ce que les gens retirent le plus du SXSW : 1) Faire le party et boire; 2) Tweeter à propos du SXSW; 3) Rencontrer des gens du sexe opposé; 4) Faire du réseautage; 5) Apprendre et être inspiré.

*****

Donc dans l’ensemble, j’ai bien aimé mon expérience de SXSW et je crois bien y retourner l’an prochain… mais mieux préparée! 🙂

Merci à tous mes comparses Montréalais qui étaient présents. Great time! See you next year i hope!

2 responses to “SXSW 2011 : mon compte-rendu

  1. Merci de cet excellent compte rendu!

    Ça donne envie d’y aller…. C’est vrai que ça fait tout un effet d’être entouré de personnes qui  »trippent » 2.0 comme toi… la au moins personne ne fera de commentaires négatifs sur le fait que t’est constamment entrain de  »cent-quaranter » sur Twitter, ou de  »Checker in » sur FQ ou de télécharger la dernière prise sur Instagram… 🙂

    A+

    Dan

    A+

    Dan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *