Les items promotionnels – what’s in, what’s not?

Author: | 3 Comments »

On retourne à la base cette semaine – les items promotionnels. Je sais, un item promotionnel n’est pas la base réelle d’un événement car on peut faire des événements sans ces derniers cependant la plus value d’avoir un consommateur qui repart à la maison avec un souvenir personnalisé en vaut parfois la chandelle – et le mal de tête – pour les organisateurs d’événements et donc, oui, les items promotionnels font partie de la base de la planification d’un événement. Je crois même qu’une partie de ma famille croit que c’est uniquement ce que je fais – faire faire des items promotionnels – car la production événementielle n’est pas tangible versus les items promos qui eux, le sont..

Le but de mon billet aujourd’hui n’est cependant pas de déblatérer sur la notion d’item promotionnel en soit mais bien d’avantage afin de vous faire un short list des items promotionnels que – d’après moi – nous avons vu, trop vus et que l’on ne devrait plus voir, et ceux vers lesquels on devrait se concentrer. Comme à l’habitude, je ne fais qu’effleurer la surface du sujet et donc, donnez moi votre avis sur ce dernier – qu’est ce qui est has been& qu’est ce qui est « in » dans le monde des items promos? :)

 

Quels sont les items promotionnels « HAS BEEN »

Donc, ma shortlist des items que je ne suis PLUS CAPABLE de voir!

Des lanyards.. oui des cordons de cou.

Je comprends que pour monsieur madame qui ne vont pas souvent dans des événements, des lanyards sont des items agréables, que l’on peut réutiliser afin de mettre nos clefs et démontrer où nous sommes allés. Cependant, j’ai vu peut être un ou deux modèles de lanyards que je réutiliserais personnellement dans les centaines de lanyards que j’ai vu au cours des dernières années.. Ainsi, sans dire que de faire des lanyards est un gaspillage, si votre compagnie envisage de donner des lanyard sans rien y ajouter (une carte privilège, une carte d’accréditation, une carte VIP), le 1$ à 2,50$ par unité pourrait être dépensé vers quelque chose qui sera plus « payant »!

Des tatous temporaires

Une autre belle invention! :) À moins que votre compagnie ne cible que les enfants en bas de 10 ans, je ne conseillerais pas de faire faire des tatous temporaires pour un événement. Effectivement, tout comme des collants, on ne sait jamais où les tatous se retrouveront et ces derniers pourraient servir à effectuer de la publicité négative versus de l’affichage tel que prévu initialement. De plus, j’ai rarement vu des gens s’arracher des tatous temporaires et donc, encore une fois – l’argent de votre compagnie pourrait être mieux investie!

Des Lightsticks

Ici je parle du traditionnel lightstick avec du liquide chimique qui peut causer de la gêne (il est réellement écrit ceci sur le packaging!) Bien qu’un lightstick puisse vous accorder de la visibilité sur les lieux d’un événement, sa durée de vie n’est que de quelques heures. En prenant cet aspect en compte, le lightstick n’est pas quelque chose de recommandé car le risque que les consommateurs le jettent et même, le laissent par terre est assez grand – ce qui pourrait vous causer des frais de ramassage, ainsi que de ternir votre image si jamais vous êtes une compagnie « verte »..

 

Quels sont les items promotionnels « IN »

Encore ici, la liste est exponentielle et varie dépendamment de vos événements mais je vous présente rapidement quelques exemples que j’ai trouvé très « cool » dans le passé.

Cartes itunes


Votre événement a une saveur musicale. Une carte itunes avec une chanson (un peu comme le font Starbucks hebdomadairement). Agréable, pas trop cher, belle visibilité & facilement mesurable avec le taux de téléchargement.

Nettoyeurs à téléphones intelligents


Item très populaire en 2010-2011 – mais n’ayant pas encore été utilisé jusqu’à saturation – le petit nettoyeur à téléphone qui est électrostatique et qu’on laisse à l’endos de son téléphone intelligent. Oh combien techno.. On peut se laisser aller dans la forme du nettoyeur et même, faire faire une belle présentation sur laquelle on appose le nettoyeur qui sert de publicité à notre marque.

Photos personnalisées

OK – ici c’est quelque chose qui pourrait aussi bien rentrer dans la catégorie du haut – mais je le met tout de même dans ce qui est in car je crois qu’un photobooth est toujours d’actualité – ce même après l’avoir vu mille fois. J’adore encore me présenter à un événement et faire les photos comme dans les photobooths dans les métros (4 images) et repartir avec une photo papier comme souvenir. Je crois qu’on mise beaucoup à présent sur le digital et à raison probablement, cependant selon moi il n’y a rien comme repartir avec quelque chose de physique à la maison afin de rehausser l’image de notre marque. Marie-Annick avait déjà abordé le sujet dans un billet super intéressant en 2010.

Bon – tel que je vous l’avais mentionné, le sujet pourrait être beaucoup plus poussé et la liste beaucoup plus exhaustive car il y a des items pour tous les budgets et toutes les catégories d’événements donc, envoyez moi vos suggestions – what’s in – what’s not? J’attends avec impatience! :)

Bonne semaine

Myriam – @myriam_veilleux

 


Portrait de gestionnaire de communauté : Kim Auclair

Author: | 2 Comments »

Nouveau et méconnu, le métier de gestionnaire de communauté est en évolution constante. Mais depuis un certain temps, on remarque que plusieurs s’improvisent gestionnaires de communauté. Car “poster” sur Facebook et Twitter, ce n’est pas suffisant pour être un authentique gestionnaire. En effet, derrière l’activité de celui-ci, on doit entre autres retrouver une stratégie, un sens du marketing  et un véritable know-how des outils de mesure et des médias sociaux en général. Lire cet article pour mieux comprendre.

Voilà pourquoi j’ai décidé de vous faire connaître davantage ce métier en vous présentant les pros œuvrant derrière les comptes que je suis tous les jours.

Cette semaine, je vous présente Kim Auclair que j’ai rencontré sur les médias sociaux mais jamais en personne. J’espère bien remédier à cela prochainement. Une fille très dynamique. Alors découvrez Kim Auclair.

Année de création du compte Twitter et facebook?

Je me suis inscrite sur Twitter en février 2008 et sur Facebook en janvier 2008.

En quoi as-tu étudié ?

J’ai fait un an en Infographie au CFP de Rochebelle, à Québec et un DEC en graphisme au CÉGEP de Rivière du Loup.

Pour quel compte/marque  es-tu gestionnaire de communauté ?

Je m’occupe des clients de Niviti. Je fais entre autres la stratégie, l’animation, la veille, la gestion et mesure des résultats. Je fais également de la consultation, gestion de projet Web et du développement d’affaires.

Avec MacQuébec, je gère une petite équipe (rédacteurs, podcasteurs, animateur de communautés, etc). J’anime le compte Facebook et Twitter et je m’occupe d’élaborer des partenariats permettant d’augmenter la visibilité du projet.

Cela fait combien d’années que tu occupes le poste de gestionnaire de communauté ?

J’ai commencé en 2005, mais je fais ce métier à temps plein depuis 2009.

Comment as-tu commencé ?

J’ai toujours eu un grand intérêt pour le «web social». J’ai démarré mon premier blogue vers la fin de 2004 puis en 2005 j’ai créé MacQuébec une communauté d’utilisateurs de produits Apple au Québec.

En 2003, durant mes études en infographie et en graphisme au niveau CEGEP, j’ai créé  Mikimya, une entreprise de graphisme que j’ai opéré seule à titre de travailleuse autonome jusqu’en automne 2007. Durant la période s’étendant de l’automne 2007 à l’automne 2009, Mikimya a subi d’importantes transformations, en raison principalement de l’arrivée d’une associée. Chez Mikimya j’ai eu l’occasion entre autres de gérer des comptes clients sur Facebook et d’utiliser des sites de diffusion de contenus tels que Digg, Scoopeo, etc. afin de donner de la visibilité aux clients de mikimya.

À l’automne 2009, j’ai quitté Mikimya pour relever un nouveau défi, soit m’orienter vers la création de nouveaux projets Web, dont celui de me lancer dans la gestion de communauté Web, un domaine dont on entendait de plus en plus parlé et pour lequel j’avais déjà une expérience intéressante. J’ai ainsi travaillé à mon compte de 2009 à 2010. Puis est né, en 2011, Nitivi, une entreprise de création, animation et gestion de communauté Web.

Les articles sur mon blogue traitant le mentorat et l’entrepreneuriat et mon projet MacQuébec m’ont été très utiles dans la promotion de mes services. Le fait d’être sur Facebook, mais surtout Twitter m’a également beaucoup aidée. Sans oublier mon expérience avec Mikimya qui m’a été riche car j’ai pû toucher à la gestion de projet Web, gestion d’équipe virtuelle, référencement Web ( SEO, SMO ), graphisme, programmation de base, etc.

Que ce soit sur mon blogue, sur MacQuébec ou les projets de niviti, j’éprouve toujours un sentiment fort en voyant les gens interagir entre eux sur un sujet que j’ai lancé. J’adore quand ça bouge.

Quelle est la qualité principale d’un gestionnaire de communauté ?

Selon moi c’est sa passion qu’il a envers le domaine/sujet de la communauté qu’il anime.

Décris ta job en 140 caractèreres ?

Faire de la veille + créer, animer, gérer des communautés Web + Mesurer résultats + gestion de projet Web + développement d’affaires

Quel est ton meilleur coup dont tu es fière ?

Je suis très fière d’avoir créée MacQuébec. C’est une école Web pour moi où j’ai l’occasion de mettre en pratique mes connaissances. Sinon, j’ai plusieurs projets d’animation dont je suis fière. Il y a entre autres le concours de MacQuébec lancé en partenariat avec Future Shop Québec. Le concours a attiré près de 500 participants en une semaine. J’ai beaucoup aimé cette expérience. Il y a aussi les nombreuses discussions lancées sur Linkedin et Twitter qui ont obtenu plusieurs réactions, les ebooks que j’ai lancés et également la promotion d’une communauté Web en 2008 dont mon objectif était d’augmenter le nombre de visiteurs en un mois.

Quelle est la pire erreur que tu as faite comme gestionnaire?

Ma pire erreur n’est pas une erreur en tant que telle, mais plus une expérience qui m’a permis de mettre une limite à l’information que je diffuse sur le Web. Lorsque j’ai démarré mon premier blogue, j’avais tendance à raconter ma vie personnelle et mes émotions fortes. J’ai reçu des commentaires très négatifs face à mon approche. Je débutais dans le monde des affaires et cela avait un impact sur ma crédibilité. J’ai donc compris rapidement qu’il fallait faire attention.

Quelle  est la première chose que tu consultes en commençant ta journée ? Twitter, Facebook, emails, autres ?

Emails + Twitter.

Quel outil est ton préféré Facebook, twitter, youtube, hootsuite, thumblr?

J’aime beaucoup Twitter et Hootsuite. Je prends plaisir toutefois à découvrir Google + ces temps-ci. J’aime le fait qu’il soit un mix de Twitter et Facebook.

Comme les médias sociaux évoluent vite, comment te gardes-tu à jour, que consultes-tu comme site?

J’ai des onglets personnalisés dans Hootsuite qui me permettent de surveiller des sujets qui m’intéressent. Je suis également abonnée à plusieurs fils RSS qui se retrouvent dans trois dossiers sur mon Mail.app : Cette semaine, Aujourd’hui et Non lu.

Permis les fils RSS dont je suis abonnée on y retrouve plusieurs sites Web que je consulte souvent pour me garder à jour ou m’inspirer dans ma façon d’animer des communautés web. En voici quelques-uns :

http://www.communityguy.com
http://www.managerunecommunaute.com/
http://www.mediassociaux.fr/
http://socialmediatoday.com/
http://www.socialmediaexaminer.com/
http://thenextweb.com/
http://www.mashable.com/
http://lamaisondes.com/
http://www.feverbee.com/

Quel est le plus grand défi pour ta marque ?

C’est d’apporter un soutien régulier pour les clients de niviti. C’est aussi d’animer régulièrement mes comptes personnels afin d’humaniser la présence de Niviti et MacQuébec sur les médias sociaux.

Question #jeudiconfession : Quelle compte Twitter ou Page FB suis-tu et que tu serais gênée de le dire?

Je suis de temps en temps le hastag #calltv.

Es-tu plus Iphone, Blackberry, Android, ou…?

Iphone

Si tu pouvais choisir la marque pour laquelle tu voudrais être gestionnaire , ca serait laquelle ?

Mon plus grand souhait serait d’avoir une entente avec les boutiques Apple du Québec pour participer à l’animation de la communauté MacQuébec.

Niviti me permet si non, en grande majorité, d’approcher et de travailler avec des clients qui partagent mes intérêts et passions pour le monde des affaires.

À quoi ressemble ta journée ?

Je débute ma journée la veille, en soirée, ou tôt le matin en faisant de la veille sur le Web pour moi-même et mes clients.  Je gère et j’anime ensuite mes communautés en journée. Je fais régulièrement de la gestion de projet et de la consultation et je forme parfois des clients. Malgré que j’ai ma petite routine, chaque journée est différente. J’ai beaucoup de travail et j’adore ça.

Comment vois-tu l’avenir de cette profession ?  L’évolution ?

Puisqu’il n’existe pas encore de cours officiel, je suis certaine que l’on y retrouvera d’ici 2013 des cours ou formations de base en gestion de communauté Web. Dans la prochaine année, les gestionnaires de communauté Web actuels deviendront stratège ou directeur de département Web car ils auront acquis plusieurs expériences leur permettant d’occuper ce type de poste.

Il y a encore beaucoup de travail à faire dans ce domaine mais je crois que l’on comprend qu’il s’agit de démarche à long terme et que les intéressés par ce métier doivent s’y mettre le plus rapidement possible en partageant leurs intérêts et passions afin d’attirer l’attention de futurs employeurs.

Anecdotes intéressantes ? Interaction ou autres

Je trouve ça étrange d’être reconnu par des gens que je n’ai jamais rencontrés. Par exemple je suis allée dans un Café Presse et le serveur m’a demandé si j’étais la «Kim Auclair» de Twitter. J’ai trouvé ça à la fois comique et étrange.

Ta plus grande qualité en tant que gestionnaire de communauté, ce qui te caractérise?

Ma curiosité. Elle m’amène à poser beaucoup de questions, m’intéresser aux gens et faire de la veille sur le web. C’est important pour garder une communauté active.

Quel autre gestionnaire de communauté admires tu ? t’inlfuence ?

J’aime le travail de Nellie Brière, Sophie Giroux, Roch Courcy, Camille DG, Thoma Daneau et Jean Luc Sanscartier. Ils ont chacun leur approche.

% de temps passé sur les médias sociaux lorsque c’est pour ton compte perso ?

Je passe beaucoup de temps, car ça fait partie de la stratégie de commercialisation de Niviti.

Si tu n’étais pas gestionnaire de communauté , tu ferais quoi ?

J’orienterais les services de Niviti vers la création de site Web/graphisme. J’aimerais aussi être porte-parole pour un organisme visant à faire la promotion de la culture entrepreneuriale ou mentale.

Est-ce que tes amis et famille comprennent ce que tu fais ou tu es celle qui passe sa journée sur FB et Twitter ?

Ma famille et mes amis les plus proches comprennent ce que je fais, mais pas à 100%.

Que recommandes-tu à quelqu’un qui désire faire cela comme métier ?

De développer une petite communauté Web sur un sujet qui lui passionne et de bâtir son réseau autour de cette passion. Selon moi c’est un atout intéressant lorsqu’on approche une entreprise qui oeuvre dans un domaine qui nous intéresse vraiment.

 

pour suivre Kim Auclair

Facebookwww.facebook.com/kimauclair
Twitter : @kimauclair
Bloguewww.kimauclair.ca
Google + : www.profiles.google.com/kim.auclair

*****

Autres portraits des Gestionnaire de Communauté :

 


Fournisseurs 2.0

Author: | 3 Comments »

La semaine dernière je vous ai présenté  la liste de Traiteurs 2.0. Cette semaine,  voici une liste des principaux fournisseurs qu’on aime suivre sur Facebook et Twitter.

Bien que la liste puisse être plus exhaustive,  j’ai sélectionné des comptes animés, intéressants et remplis d’idées. Après avoir épluché tout mon réseau, j’ai été grandement surprise de m’apercevoir que peu de fournisseurs on prit le virage 2.0. En effet, je m’attendais à ce que les gens d’événements aient compris que les réseaux sociaux sont définitivement une fenêtre additionnelle pour communiquer, pour initier un dialogue, entrer en relation et même  «shower-off» . Dans beaucoup de cas, les sites internet « classiques » et les moteurs de recherche sont  devancés par les médias sociaux. Les gens posent des questions, vont demander des recommandations et c’est tout à l’avantage des fournisseurs d’être sur ces réseaux pour réagir rapidement et sauter sur l’opportunité.

Dans le cas d’une approche B2B, l’entreprise a tout intérêt à utiliser les réseaux sociaux  pour mettre en avant son expertise, pour être visible, pour s’exprimer…

Sur ce, voici la liste des fournisseurs PRÉSENTS et ACTIFS sur les résaux sociaux.

LOCATIONS DE MOBILIER ET ACCESSOIRES

BRAVO PARTY
Facebook/BravoParty
@Bravoparty

DÉCORUM – Québec
Décorum / Facebook

HAPPENING.CA
Facebook/happening.ca

LOCATION GERVAIS
Facebook/LocationGervais

LUXE RENTAL
Facebook/Luxerentals

SOFA TO GO
Facebook/SofatoGo
@SofaToGo

AUDIOVISUEL ET MULTIMÉDIA

PRODUCTIONS EXPERT’EASE
Facebook/productionsexpertise

FLEURISTE

O.XIDE DESIGN FLEURS
Facebook/O.xide design
@oxidedesign

TABLE SUCRÉE / BAR À BONBONS

KRÉAVIE
Facebook/Kreavie
@Kreavie

ORCHID EXPRESSION
Facebook/orchidexpressionk
@orchidxpression

SUG’ART-BISCUITS
Facebook/biscuits.sugart
@SugArt_biscuits

BAR À GLOSS

GLOSSBAR
Facebook/glossbar

AGENCE D’ARTISTES ÉVÉNEMENTIEL

PRODUCTIONS WOW
Facebook/productionswow
@productionswow

Des oublies? Probablement ! Je vous invite à me les partager. Si vous croyez que leurs comptes Facebook ou Twitter sont intéressants et actifs, je me ferais un plaisir de les rajouter.

Rachel St-Amand

@Rachelstamand


T’arrêtes pas toi, hein!

Author: | 3 Comments »

Il y a des phrases qui reviennent souvent :

- T’arrêtes pas toi, hein!

Oui, d’accord, je sors beaucoup mais :

1) Je suis célibataire.

2) Je n’ai pas d’enfants.

- Tu n’as pas envie de relaxer à la maison des fois?

3) Je travaille de chez-moi, donc du temps à la maison, j’en ai déjà en masse! Eh oui, des fois, je reste tranquille à la maison. Ça m’arrive et souvent en plus. I just don’t tweet about it.

4) Je fais partie de plusieurs listes de relationnistes donc je reçois beaucoup d’invitations pour des événements incroyables comme assister à la Première de l’expo de J.P. Gaultier à Montréal, la première de Zarkana à N-Y, des premières de films, de spectacles, etc. Je suis très privilégiée de recevoir toutes ces invitations, et c’est pourquoi je me verrais très mal les refuser. En ce moment, je suis dans une période où j’accepte tout. Je croque dans la vie. Et vous savez quoi? C’est tout le temps le fun! Ça me remplit autant au niveau créatif que social car je fais toujours plein de belles rencontres. De plus, c’est du “quality time” avec les personnes qui m’accompagne.

- Tu manges toujours au resto toi?

5) Je suis à mon compte. Donc ce n’est pas en restant chez moi que les clients vont cogner à ma porte. C’est dans les restos que je fais de la business ou que j’entretiens mon réseau. Les gens qui ne sont pas à leur compte ne peuvent pas comprendre cela. Mais ils devraient, car entretenir un réseau, c’est le meilleur investissement qu’on peut faire sur soi. Saviez-vous que le show “Love” est né lors d’un des fameux partys du Grand Prix chez Guy Laliberté, alors qu’il trinquait avec George Harrison? Si c’est bon pour Guy Laliberté, alors c’est bon pour moi aussi. La majorité de mes contrats, je les ai eus en sortant dans des 5 à 7 ou lors de soirées. Les gens te voient, et donc pensent à toi. Aussi simple que ça!

Et quant à votre « T’arrêtes pas toi, hein! », eh bien j’aimerais croire que ça vient avec un brin d’envie ou de jalousie, et que ce n’est pas un jugement à mon égard. Cause my life is pretty amazing, and I love it like that! #justsaying

**********

Sortir seule.

J’ai eu une discussion dernièrement avec Rebecca Makonnen à ce sujet. Plusieurs d’entre vous sont gênés d’aller dans un endroit et d’y arriver seuls. Oui, c’est un peu gênant, mais chances are, vous allez rencontrer au moins une personne que vous connaissez, et si vous ne connaissez personne, eh bien quelle excellente façon de faire des rencontres! Vous vous demandez pourquoi je connais autant de monde? Eh bien, voilà une des raisons. Alors go! Sortez de votre zone de confort and see what happen when you do!

 


Comment rajeunir sa marque à travers les médias sociaux

Author: | No Comments »

Récemment j’ai commencé à voir de « vieilles » marques tenter de créer des campagnes dynamiques et vivantes en utilisant les médias sociaux. Évidemment, ceci n’est pas un phénomène nouveau, et je ne fais ici qu’effleurer le sujet néanmoins je désire vous présenter quelques exemples aujourd’hui de marques qui ont bien réussi leur parmi et qui ont réussi à aller chercher de nouveaux fans en tenant leur chance et en se jetant dans l’inexploré, dans la zone grise qui peut effectivement être stressante pour plusieurs.

Perrier

La marque Perrier est certes synonyme de qualité et bénéficie de respect cependant, qu’est-ce qui la différencie de l’eau San Pellegrino ou de ses autres concurrents plus branchés? Pas énormément et donc, cette initiative crée par Perrier vient remettre la marque au goût du jour et contribue définitivement à l’acquisition de nouveaux fans et potentiels clients pour cette dernière. Je débute tout d’abord en vous présentant la superbe campagne réalisée par Perrier au sein de laquelle s’est bâtie en quelque sorte sa chaine You Tube, un micro site ainsi que sa page Facebook. Avec plus de 11 217 781 vues sur sa chaine You Tube/Perrier , je crois qu’il est respectable de dire que ceci est un immense succès! :)

Effectivement, le Club Perrier, une initiative au sein de laquelle le plus de gens se joignent au club et le plus de personnes visionnent les vidéos sur la chaine YouTube, le plus la température monte dans le vidéo et le plus de gens se retrouvent dans les vidéos. Ainsi, Perrier tente de stimuler la participation en demandant aux gens de partager la vidéo actuelle avec leurs amis afin de faire « monter la température » et ainsi, faire débloquer la nouvelle vidéo qui sera – encore plus chaude! WOW.. Réellement, l’idée est bonne et l’exécution est superbe.

Febreze

Un autre exemple – un peu moins extravagant, mais également très efficace en ce qui a trait à un lien direct avec le bénéfice produit et l’utilisation des médias sociaux pour arriver à démontrer ce dernier – Febreze. Oui Oui – Febreze. Febreze est effectivement une marque de « sens bons » parmi tant d’autres et ainsi, cette initiative lui permet de rayonner dans les médias et de bénéficier de visibilité qui lui fera définitivement gagner une nouvelle part de marché ou encore, mettre en confiance sa clientèle actuelle.

Febreze a crée une campagne virale au sein de laquelle ils ont fait des expériences sensorielles agréables dans des lieux exécrables. Leur campagne met de l’avant des gens qui se font bander les yeux et doivent décrire ce qu’ils sentent – puis en enlevant leur bandeau, réalisent qu’ils sont dans une réelle dompe. Surprise :) Febreze accompagne cette campagne par une initiative virale au sein de laquelle ils veulent créer des moments « breathe happy ». En somme une belle exécution.

 

Bonne semaine!

Myriam @myriam_veilleux