La Saint-Valentin, calvaire des célibataires

Je remarque autour de moi que la Saint-Valentin est pour plusieurs célibataires  une période de calvaire où on leur rappelle sans cesse qu’ils sont célibataires, exclus de la société. Durant cette fête « commerciale », tout semble fait et planifié pour vous rappeler que vous êtes seul.

Mais être célibataire, est-ce si grave que ça? Êtes-vous si malheureux ? Seul, on fait ce qu’on veut, quand on veut, sans avoir personne à consulter, pas de compte à rendre, pas de compromis. De plus, on est pas mal plus ouvert sur le monde, et on fait plein de belles rencontres.  Certains répondront qu’ils préfèrent faire les choses à deux. Peut-être bien… Mais y’a les amis pour ça, non?

Personnellement, je dois avouer faire partie des « bibittes » rares qui sont aussi heureuses célibataires qu’en couple. J’ai certains amis (ceux en couple) qui essaient de me matcher. Est-ce que j’ai  l’air si malheureuse que ça? D’autres, chaque fois qu’ils me voient, me demandent : Pis, as tu un amoureux? Cette question m’énerve! Comme si mon bonheur dépendait que j’aille un chum! Je préfèrerais de loin qu’on s’informe si je suis heureuse plutôt que d’enquêter de mon statut conjugal. Car je pourrais très bien être en couple et être super malheureuse!!! Être dans la « norme » est-il supposé rendre heureux? Je sais bien que mes amis me veulent  du bien, mais le bonheur a-t-il toujours besoin d’être conjugué à la deux?

Alors très chers célibataires, rappelez-vous en cette formidable journée de la Saint-Valentin que s’il y a parfois des moments où l’on voudrait  être en couple (genre le dimanche), il y a aussi lorsqu’on est en couple des moments où l’on voudrait bien être célibataire (genre le jeudi 5 à 7). Des situations parfaites, ça n’existe pas. L’important, quel que soit notre statut, c’est de s’approcher le plus près possible du bonheur, de l’épanouissement. Appréciez ce que vous avez plutôt que ce que vous n’avez pas!

En cette journée de la Saint-Valentin, je tiens donc à célébrer l’amour ainsi que toutes ceux que j’aime et qui m’entoure. Car au final, c’est ça l’important!

2 responses to “La Saint-Valentin, calvaire des célibataires

Répondre à Marie-Claude Ducas Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *