Ma mère, mon inspiration

 

Nous n’avons aucune idée de la force de caractère d’une personne tant que l’on n’a pas traversé d’épreuves avec elle.

En cette journée de sa fête, j’aimerais rendre hommage à mon idole, ma mère.

Ma mère a eu une vie relativement bonne. Toutefois, sa vie a basculé le 1er juillet 2008 suite à l’annonce du diagnostic de cancer des poumons de mon père. Étant infirmière de formation, ma mère fût un ange pour lui. Elle a fait adapter la maison, y a installé un lit d’hôpital, elle a pris soin de lui et lui a permis de réaliser son souhait de mourir dans sa maison. Ce qui arriva 6 mois plus tard, le 10 décembre 2008.

Comme si ce n’était pas suffisant, un des frères de ma mère combattait de son côté un cancer de la prostate au même moment. Il décèdera trois mois après mon père.

Vivre deux gros deuils en une année, c’est énorme dans la vie d’une personne. Ma mère garde pourtant le moral et décide de se gâter en planifiant un voyage de 3 semaines seule au Maroc en décembre 2009. Lors de sa troisième semaine, il lui arrive un accident. Elle fait une hémorragie interne dans la moelle épinière qui la laissera paralysée du nombril vers le bas.

Comme si elle n’avait pas assez vécu d’épreuves, alors qu’elle est hospitalisée à Sacré Coeur, une de ses meilleures amies, sa partenaire de voyage, meurt d’un ACV.

Suite à autant d’épreuves dans un si court laps de temps, n’importe qui aurait sombré dans une profonde dépression. Mais pas ma mère.

Un mois après son tragique accident elle me confie : « Tu sais Marie, j’ai eu une belle vie, je n’ai aucun regret, j’en ai profité au maximum. Je suis en bonne santé, j’ai ma tête et mes bras, j’ai juste pu mes jambes. Ma job maintenant c’est de faire avec ce que j’ai et d’en profiter au max!  »

WOW!  Quelle résilience! Quelle attitude de championne! Depuis ce jour, je fais comme ma mère, je regarde en avant, j’avance et moi aussi j’en profite au maximum et focuse sur ce que j’ai et non ce que je n’ai pas. Et je ne cesse de me répéter, si elle ne chiale pas et est toujours de bonne humeur je ne peux chialer. J’ai beaucoup de misère à lire sur les réseaux sociaux des publications de gens qui se plaignent tout le temps de tout et de rien. Si tu as la santé et qu’il n’y pas de bombes qui te tombent sur la tête, selon moi tu n’as pas le droit de chialer.

Ma mère est une source d’inspiration, de force et de courage non seulement pour moi mais pour tous ceux qui la connaisse et qui l’entoure. Personne ne reste indifférent à ma mère et je suis très privilégiée d’être sa fille.

Ma mère, c’est la meilleure!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *