Portrait de gestionnaire de communauté Carl-Olivier Perras-Beaulieu

Nouveau et méconnu, le métier de gestionnaire de communauté est en évolution constante. Mais depuis un certain temps, on remarque que plusieurs s’improvisent gestionnaires de communauté. Car “poster” sur Facebook et Twitter, ce n’est pas suffisant pour être un authentique gestionnaire. En effet, derrière l’activité de celui-ci, on doit entre autres retrouver une stratégie, un sens du marketing  et un véritable know-how des outils de mesure et des médias sociaux en général. Lire cet article pour mieux comprendre.

Voilà pourquoi j’ai décidé de vous faire connaître davantage ce métier en vous présentant les pros œuvrant derrière les comptes que je suis tous les jours.

Cette semaine, je vous présente Carl-Olivier Perras-Beaulieu, qui gère le compte de l’ÉTS. Interviewer un gestionnaire de compte universitaire, c’est une première! D’ailleurs, je lui ai posé une question sur le conflit étudiant.

À quand date la création de tes comptes Twitter et Facebook?

Je suis sur Facebook depuis juin 2007 et Twitter depuis avril 2009.

 En quoi as-tu étudié?

J’ai étudié en sciences administratives au cégep, et en relations publiques à l’UQAM par la suite.

 Pour quel compte/marque es-tu gestionnaire de communauté?

Je gère actuellement les comptes FacebookTwitterYouTube et Flickr de l’ÉTS.

Depuis combien d’années occupes-tu le poste de gestionnaire de communauté?

Je suis à l’École de technologie supérieure depuis novembre 2009, mais j’agis réellement en tant que gestionnaire de communautés depuis juillet 2010 (donc tout près de 2 ans).

 Comment as-tu commencé?

En fait le tout a commencé par un stage de 8 mois à temps plein à l’ÉTS et où j’avais parfois des temps moins occupés. J’ai donc profité de tous ces moments pour faire des lectures sur les médias sociaux et sur la gestion de communautés. Je suis aussi allé suivre plusieurs formations sur le sujet. Mon expertise s’est bâtie au fil du temps. Lorsque mon stage a pris fin, l’ÉTS a ouvert un poste d’agent d’information (web et médias sociaux) et vous pouvez certainement deviner la suite des choses…

 Quelle est la principale qualité d’un gestionnaire de communauté?

Je dirais beaucoup de jugement et d’ouverture d’esprit, de la passion et de la curiosité. En tant qu’employé d’une institution universitaire, je crois qu’on se doit de faire preuve de réserve, et ce, surtout les sujets à controverse. On se doit aussi d’être passionné et curieux pour se mettre à jour tant sur les nouvelles tendances ou nouveaux outils sociaux ainsi que sur son industrie (génie, technologie et éducation, dans mon cas).

 Décris ta job en 140 caractères.

Créateur de conversations (d’échanges) et diffuseur de bonnes nouvelles.

 Quel est ton meilleur coup? Celui dont tu es fier?

L’élaboration de l’approche stratégique et éditoriale qui a pris plus d’un an à préparer. Je croyais qu’en général, faire bouger un organisme paragouvernemental n’était pas nécessairement une chose facile, mais à l’ÉTS, la grande ouverture des gestionnaires et leur volonté de faire changer les choses nous ont grandement aidés. Je peux vous dire que lorsque nous avons eu l’aval du Comité de direction de l’université pour nos projets, j’étais vraiment très heureux : le plan a été accepté comme tel et a été déployé au début du mois de janvier dernier.

Un autre bon coup, plus pratique, a été la diffusion d’une photo prise lors d’une cérémonie de fin d’études. On avait alors invité les étudiants à s’identifier sur la photo. En quelques minutes seulement, nous avons découvert qu’il y avait une limite d’identification possible sur une photo (soit 50). Nous avons donc republié une autre photo, sous un autre angle, car les étudiants voulaient s’identifier sur nos photos.

 Quelle est la pire erreur que tu as commise comme gestionnaire?

Une seule réponse à cette question : un concours avec des billets des Canadiens de Montréal. Je peux vous dire que le téléphone a sonné très rapidement suite à l’annonce de notre concours et que nous avons dû le retirer dans les plus brefs délais. En effet, le club de hockey exige d’avoir une entente commerciale avant d’effectuer quelques formes de tirage les concernant. Cet événement m’a fait prendre conscience de la prudence dont nous devons faire preuve dans l’utilisation des images de marque.

 Quelle est la première chose que tu consultes en commençant ta journée? Twitter, Facebook, emails, autres?

Dans l’ordre : courriels, Facebook, Radian6, Twitter, Hootsuite et Google Reader. Tout ça, avant de sortir du lit, de m’habiller ou de prendre ma douche.

 Quel est ton outil préféré? Facebook, Twitter, YouTube, HootSuite, thumblr?

Au niveau de la conversation, je demeure un fan inconditionnel de Facebook. Puisque ma communauté est principalement composée d’étudiants universitaires, c’est aussi l’outil qui me permet d’être le plus proche d’eux. Pour la gestion, je suis un nouvel adepte de Radian6. Quel outil fabuleux!

 Les médias sociaux évoluent vite. Comment te gardes-tu à jour? Que consultes-tu comme site?

Je lis, je lis, je lis. Selon moi, il n’y a pas un meilleur moyen de se garder à jour que ça. Je consulte pas moins de 70 blogues quotidiennement, et ce, uniquement dans le domaine du web 2.0 et des médias sociaux. C’est sans compter ceux sur l’actualité et sur l’industrie qui intéresse ma communauté.

Je dois dire, par contre, que certains sites sont inévitables :

–       Mashable
–       SocialTimes
–       Radian6 (pour ces ebooks et ses billets)
–       CollegeWebEditor
–       Infopresse
–       SQPRP

 Quel est le plus grand défi pour ta marque?

Les défis sont nombreux et diversifiés.

–       Garder la communauté intéressée.
–       Renouveler la communauté à chaque session (nouveaux étudiants et diplômés).
–       Assurer la cohérence entre les différentes plateformes sociales.
–       Être pertinent pour la communauté.
–       Gérer le changement de paradigme nécessaire à la conversation.

Comment avez-vous gérer le conflit étudiant sur les réseaux sociaux?

Depuis le lancement officiel des médias sociaux à l’ÉTS, nous avons toujours essayé d’être le plus apolitique possible, et ce, sur toutes nos plateformes. Il en a été de même pour la #GGI. Cependant, il est à noter que nous avons toujours laissé nos membres s’exprimer sur le sujet sur notre babillard. Lorsqu’ils avaient des questions sur les manifestations ou sur les assemblées, par exemple, nous les référions à l’association étudiante (groupe Facebook).

 Es-tu plus iPhone, Android ou BlackBerry?

iPhone all the way!

 Question #jeudiconfession : quels comptes Twitter ou pages FB serais-tu gêné d’avouer suivre?

Friends, Sex and the City, Occupation Double, The price is right, La cuisine de Ricardo, etc. Je n’ai que cela des #jeudiconfession J

 Que penses-tu de Google+?

Honnêtement, je trouve ça vraiment plate. Je n’y ai pas encore trouvé d’utilité personnelle ou professionnelle.

 Que penses-tu de Pinterest?

Au risque de me faire unfollower par plusieurs, je n’ai même pas encore eu le temps d’aller voir. Je promets de le faire au courant de l’été. Mes plus sincères excuses à tous!

 Si tu pouvais choisir la marque pour laquelle tu voudrais être gestionnaire, quelle serait-elle?

L’ÉTS bien sûr! Mais à part ça, si je pouvais choisir, je serais gestionnaire de la Page Facebook de Facebook ou d’Apple. Mais si je veux être plus réaliste ou local, disons que j’irais bien chez Radio-Canada ou Evenko. Je suis un mordu de cinéma, de théâtre, de télévision et de musique.

 À quoi ressemblent tes journées?

Puisque je suis responsable de plusieurs dossiers, je dois avouer que je n’ai pas de routine, à l’exception de mes lectures matinales. Généralement, je réponds à toutes les questions en matinée, pour ensuite travailler sur le calendrier éditorial et les rapports de performance.Je fais aussi de la planification de contenus et élabore des stratégies pour aller chercher de nouveaux membres. Je travaille aussi pour le web de l’École et sur certains événements institutionnels. Mes journées sont très occupées et diversifiées.

 Comment vois-tu l’avenir de la profession? Son évolution?

Je ne lis pas dans les cartes, mais je crois, comme certains, que le métier de gestionnaire de communauté est appelé à disparaître. On verra de plus en plus des stratèges spécialisés sur les médias sociaux. Je crois sincèrement que le métier de gestionnaire est un métier transitoire, le temps que les entreprises s’ajustent. Chaque employé devra, dans un avenir rapproché, intégrer les médias sociaux, et ce, dans le cadre de ces fonctions courantes. Par contre, le rôle de stratège devrait perdurer dans le temps. Il assurera, entre autres, la cohésion des employés et la cohérence du message sur les médias sociaux.

 Des anecdotes intéressantes?

Il faut savoir que sur la Page Facebook de l’ÉTS, 80 % des abonnés sont des hommes âgés de 18 et 34 ans. Ça fait donc beaucoup de testostérone à gérer, mais c’est toujours un plaisir de lire ce qu’ils ont à dire.

Ce que j’apprécie le plus de mes abonnés (des universitaires), c’est leur capacité à développer et à exprimer des idées. Susciter des débats est un véritable charme. Il n’est pas rare de lire des commentaires qui font plus de 10 lignes et qui sont pertinents et intelligents. Nos jeunes, comme dirait mon patron, savent écrire!

 Ta plus grande qualité en tant que gestionnaire de communauté? Ce qui te caractérise?

L’ouverture d’esprit. Faire face à la critique n’est pas toujours une chose facile, mais je crois que c’est une qualité essentielle dans notre métier.

 Quel autre gestionnaire de communauté admires-tu? Qui t’influence?

On a très peu de modèles actuellement dans le domaine universitaire (éducation). Par contre, il y en a tout de même quelques-uns comme Jean Boileau de l’UQO, Alain Mélançon de l’Université de Sherbrooke, Denis Gilbert, TÉLUQ, et Jocelyn Bourbonnais.

 Quels sont tes #FF tes incontournables?

Je dirais @Guglielminetti, @KimAuclair, @mcgilles, @arnaudgranata, @AlexBoileau, @MichelleBlanc, @ThomaDaneau (surtout après les heures ouvrables) et @pascalforget.

 Quel pourcentage de ton temps sur les médias sociaux consacres-tu à ton compte perso?

De moins en moins, car mes comptes professionnels me prennent de plus en plus de temps. Je dois consacrer environ 30 % de mon temps à mon compte perso actuellement.

 Si tu n’étais pas gestionnaire de communauté, tu ferais quoi?

Comptable ou planificateur média.

 Est-ce que tes amis et ta famille comprennent ce que tu fais, ou es-tu celui qui passe sa journée sur FB et Twitter?

Je suis celui qui joue sur Facebook et qui ne vit que pour son iPhone. Disons que pour certains, j’évite le sujet la plupart du temps.

 Que recommandes-tu à quelqu’un qui désire faire cela comme métier?

Rester fidèle à soi-même sur la toile. Il est facile de tomber dans certains pièges au début et les gens le remarquent tout de suite. Je crois qu’il faut aussi beaucoup lire et être très humain. Aussi, n’ayez pas peur de lâcher votre fou avec vos fans. Ils n’attendent que cela. Finalement, créez des liens avec les gens de l’industrie et posez des questions. C’est la façon la plus simple d’apprendre le métier (s’il s’apprend)!

Pour suivre Carl-Olivier Perras-Beaulieu

Facebook : www.facebook.com/carlolivier
Twitter : @perrasc19
Linkedin : www.linkedin.com/in/carlolivierperrasbeaulieu

 

 

 

 

 

 

Autres portraits de gestionnaires :

 

 

 

 

 

 

 

Lecture

Démystifier le métier de gestionnaire de communauté au Québec
What does it take to be a social media strategist?
Les médias sociaux comme métie
5 phrases à ne pas dire a un community manager
10 qualities of a successful Social media manager
L’emploi du temps d’un community manager
Community managers : entre clichés et méconnaissance
La place du community manager dans les strategies social media
Caracteristics of a community manager 

 

 

 

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *