Pis? T'aimes-tu ça, la radio?

Chaque fois que je croise quelqu’un, on me demande : Pis? T’aimes-tu ça, la radio?

Durant mes premières semaines à l’antenne,  je n’arrivais pas à répondre à cette question. Trop d’informations à absorber en même temps. M’habituer à un nouveau métier, à un horaire fixe (moi qui étais auparavant libre comme l’air), à des collègues qui, tous, devaient apprendre à se connaitre. L’émission, elle, tentait de se définir au sein d’une toute nouvelle station qui, elle aussi, tentait de se définir. Ça faisait bien des ajustements en même temps! Mais après deux mois, notre show et la station avaient trouvé leur vitesse de croisière. Une belle complicité s’est bâtie avec mes collègues, et je me sentais de mieux en mieux dans mon nouveau métier.

Mais c’est vraiment à mon retour d’Islande, après trois mois en ondes, que j’ai enfin pu dire que oui, j’aimais ça! Car durant ces vacances, mes collègues et la radio m’ont manqués. Ce fut pour moi une belle révélation!

Le plus beau métier du monde

Plusieurs de mes amis dans le milieu m’avaient dit à quel point la radio est l’un des plus beaux médias, et pour certains une véritable drogue. Une fois qu’on y a gouté, difficile de quitter! C’est un privilège de faire de la radio, disent d’autres. Un privilège de parler et d’interagir avec les auditeurs chaque jour, de les accompagner quotidiennement dans leur voiture ou au travail.

Je me rappelle ma première semaine en ondes… J’étais terrorisée! C’était la première semaine des débats en vue de l’élection au provincial. C’est intense la politique, et c’est pas évident de se mouiller à sa première semaine en ondes. En plus, côté actualité cet automne, il s’en est passé des choses! Commission Charbonneau, lock-out, démission de Gérald Tremblay, maire Vaillancourt, maire de Mascouche, verdict de Guy Turcotte, etc. Ouf! Que d’émotions! Le plus trillant, c’est lorsqu’une nouvelle arrive alors que nous sommes  en ondes. C’est ce qui s’est passé  lors du verdict de libération de Guy Turcotte. Notre émission est devenue une émission spéciale juste là-dessus. À Radio X , on peut se revirer de bord rapidement, comme une chaine de nouvelles en continu.

Dans la vie, j’ai toujours performé dans tout ce que j’ai entrepris. Il est donc difficile pour moi de faire mes classes et d’apprendre mon métier aux yeux de tous. Belle leçon d’humilité! À cet égard, ça me touche énormément que vous m’écoutiez et que vous me passiez des commentaires. Celui qui me revient le plus souvent? J’aurais une belle voix radiophonique!

Autre difficulté pour moi, qui suis habituée d’être productrice, c’est de n’être que chroniqueuse. J’essaie toutefois de mettre ma petite touche en proposant des sujets et des invités. D’ailleurs, je tiens à remercier tous ceux qui ont accepté nos invitations. Je me suis fait plaisir en invitant des gens que j’aime beaucoup : André Ducharme, Geneviève Borne, Dominic Champagne, Isabelle Racicot, Éric Salvail, Michel Laprise, Claude Meunier, Jessica Harnois, Louis Morissette, Bob le chef, etc.

Pas évident de prendre sa place avec trois autres animateurs. Ce fut tout un apprentissage, car il ne faut pas faire d’overlapping (parler tous en même temps). Très désagréable pour les auditeurs. Alors, ça devient un art que d’attendre la respiration d’un collègue pour parler, ou encore la compliticé d’un regard. 

J’ai aussi compris que faire de la radio, c’est parfois se dévoiler en révélant des choses intimes sur soi. Raconter des anecdotes de notre quotidien. Les gens aiment ça, ils se reconnaissent dans nos histoires, j’imagine. Sinon, nos péripéties les divertissent. 

Format Radio X

Dans une radio normale, il y a un format établi. Les pauses publicitaires sont à des heures spécifiques, les chroniques culturelles aussi. Tout est presque réglé au quart de tour. Eh bien pas à Radio X! C’est toute la beauté de cette station. Il n’y a pas vraiment d’horaire fixe. On a X pauses publicitaires à faire durant notre émission de 3 h, et on les place pas mal quand on veut. Ce qui fait que lorsqu’on a un bon moment de radio, une entrevue avec Lino Zambito par exemple, on n’est pas obligé de passer à la pause après 15 minutes. Ça donne parfois des entrevues de 30-45 minutes sans pause. Pour l’auditeur, c’est magique. Mais pour une fille comme moi, très organisée, cette espèce d’ad lib m’a comme un peu intimidée au début. Mais je m’habitue tranquillement.

Radio X est une radio d’opinion. Nous ne sommes pas des experts, et nous n’avons pas la prétention d’en être. L’idée est de discuter de différents sujets et de se challenger mutuellement. Les divergences d’opinions sont les bienvenues, et même si Radio X a la réputation d’être de droite, nous sommes plusieurs à ne pas l’être. Comme quoi…

 Mes collègues

Dess

Vincent Dessureault. « Dess » de son surnom! Le gars des nouvelles, le p’tit gars de Québec et notre référence Radio X puisqu’il y travaille depuis 10 ans. Vincent est également le régisseur du show. C’est lui qui dirige la console, qui met les extraits audio qu’on entend durant le show. Vincent est une personne très attachante, absolument rien de méchant en lui. Toujours plein d’anecdotes rocambolesques à nous raconter. On l’adore!

Marie-Claude

Marie-Claude Savard. Nous nous étions déjà croisées à quelques reprises avant de travailler ensemble, car nous avions des amis en commun. Mais on ne se connaissait pas vraiment.  C’est à force de travailler ensemble que j’ai découvert une  fille qui a beaucoup d’humour,  très coquine, coquette et très professionnelle. Nous avons une belle complicité en ondes. Mes moments favoris avec elle sont ceux où l’on chante en cœur toutes les deux. Priceless! Elle possède également l’art de raconter des anecdotes de son quotidien qui, à première vue, sont anodines mais qui, racontées par elle, deviennent épiques.

JC

Jean-Charles Lajoie. Je ne connaissais pas du tout JC avant de travailler avec lui. Quel personnage! Quelle verve! Quel vocabulaire! Il a un lexique bien à lui (ex. la télé, c’est de la téloche). Il a une façon très imagée de raconter une histoire. Un excellent raconteur d’ailleurs! Là où il excelle selon moi, c’est lors de ses entrevues avec un invité. Solidex! Comme le dirait JC!

Marc Danis, notre recherchiste

Marc Danis. C’est le recherchiste de l’émission. L’homme dans l’ombre. Il fait le booking des invités, trouve les sujets et fait le pacing du show. Il alimente le compte Twitter et Facebook de la station durant le show, et c’est également lui qui répond au téléphone lorsqu’il y a des appels. Nous avons une belle complicité avec lui.

Le mouton noir de la radio

Avant même son arrivée à Montréal, on condamnait déjà Radio X Montréal à cause de la réputation qu’a ici la « radio poubelle ». Mais avez-vous pris le temps de l’écouter? Le commentaire qui revient le plus, c’est que Radio X Montréal, ce n’est vraiment pas si trash que ça finalement. Les gens qui l’écoutent sont étonnés. Plusieurs de mes amis m’écrivent pour me dire à quel point ils ont été agréablement surpris en l’écoutant, et qu’ils sont devenus des auditeurs réguliers. Vous avez le droit de ne pas aimer. Mais ça ne veut pas dire que c’est de la mauvaise radio. Il y a de la place à Montréal pour une autre talk radio, différente de celles déjà offertes.

La  radio, c’est comme les chocolats. Il y en a pour tous les goûts! À chacun de trouver chaussure à son pied, et si c’est au 91,9 que vous la trouvez, tant mieux!

J’espère que Radio X gagnera son pari tout comme V à l’époque. Je me rappelle les critiques et commentaires peu élogieux au sujet de V-Télé à ses débuts. Beaucoup de bashing. Mais, trois ans plus tard, V a gagné son pari et a fait taire toutes les langues sales. J’ose espérer que le même destin attend Radio X.

Radio X n’est pas, pour l’instant, complètement all talk. La station attend des nouvelles du CRTC pour la licence appropriée. En attendant, de 19 h à 5 h 30, vous entendez du jazz. Voilà une des raisons pour lesquelles il n’est pas facile de garder nos auditeurs, d’où des cotes d’écoute encore faibles pour l’instant. Lorsque la radio deviendra all talk, ce sera différent. Donc à suivre! Mais d’ici là, venez faire un tour si ce n’est déjà fait. Venez juger par vous-mêmes.

En tout cas, pour ma part, c’est toujours le fun de participer au lancement de quelque chose de nouveau, et je suis fière de faire partie de l’aventure Radio X! Je me sens à l’école, et je suis très reconnaissante de cette chance qui s’est offerte à moi. Je n’ai aucune idée où cela me mènera! Un gros merci à tous ceux et celles qui nous écoutent. Je le répète peut-être souvent, mais chaque fois que je vous croise et que vous me dites que vous m’écoutez, ça me touche énormément!

L'équipe du Retour en studio

Mon horaire 

Plusieurs me demandent comment se passe ma journée. Eh bien elle commence le matin vers 7 h 30-8 h. Je syntonise de mon lit Radio X avec l’app CHOI RadioX mtl et j’écoute le show du matin avec Carl Monette, Martin Pelletier, Evelyne Audet et Gabriel Grégoire. J’adore ce show! Ça me permet de me mettre à l’affût de l’actualité du jour et de savoir ce dont ma collègue au culturel, Evelyne, a parlé. En même temps que j’écoute le show, je fait défiler mon fil de nouvelles sur Twitter et Facebook pour trouver du contenu.

Je me lève ensuite pour passer à mon ordi, et je continue à préparer mon contenu tout en écoutant le show du matin qui se termine à 9 h 30. J’écoute ensuite l’émission MCBG de ma collègue Marie-Claude à Vtélé car plusieurs de mes amis y sont chroniqueurs : Virginie Coossa, Julie Dupage, Francisco Randez, Julie St-Pierre, Isabelle Massé et mon autre collègue Vincent dessureault. De plus, j’aime bien le contenu de cette émission qui est très culturelle. 

Les sites internets que je consulte le plus pour trouver mon contenu sont : La presse, Journal Métro, Canoe, TMZ, Hollywood PQ,  Journal de Montréal, 25 stanley, Montreal info, Mashable, Voir. Les chaines télé nous font également parvenir de l’info de façon régulière pour nous tenir au courant des invités de chacun des shows et des infos en général. Les relationnistes d’humoristes et de musiciens font la même chose pour les lancements de disques et spectacles. Ça facilite énormément notre travail de recherche. Je les remercies d’ailleurs. Mais pour du contenu plus inusité, c’est sur  Twitter et Facebook que je trouve ce qu’il y a de mieux. Je suis des gens extraordinaires qui ont du contenu incroyable. Et je tiens à les remercier aussi.

Je suis également en charge de nourrir le site web de Radio X en contenu. Je dois donc mettre des liens, articles, photos et vidéos.

Quand midi arrive, je vais soit  luncher avec des amis, meetings d’affaire ou jouer au tennis. Au retour du lunch, je refais le tour des sites pour voir si d’autres nouvelles sont sorties, et je me dirige vers 15 h vers la station pour préparer mes extraits audio pour le show. Lorsque j’arrive à la station, Marc le recherchiste et Vincent Dessureault sont déjà arrivés. Marie-Claude et Jean-Charles, eux, arrivent pas longtemps après, et on parle ensemble des sujets et des invités. À 15 h 55, nous entrons dans le studio où nous croisons Sophie Bérubé et Vincent Rabault du show Le 2 à 4. Nous avons un délai de 3-4 minutes pour nous installer, et à 16 h pile nous débutons le show! Je termine le show à 19 h, et me dirige ensuite soit à la maison pour entre autre, écouter des shows télés dont je devrai parler le lendemain, à un spectacle, à un lancement ou à un souper avec des amis. Voila! Vous savez tout de ma vie maintenant!

 

 

3 responses to “Pis? T'aimes-tu ça, la radio?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *