Portrait de gestionnaire de communauté : Jean-Philippe Gaudette

Author: | No Comments »

Nouveau et méconnu, le métier de gestionnaire de communauté est en évolution constante. Mais depuis un certain temps, on remarque que plusieurs s’improvisent gestionnaires de communauté. Car “poster” sur Facebook et Twitter, ce n’est pas suffisant pour être un authentique gestionnaire. En effet, derrière l’activité de celui-ci, on doit entre autres retrouver une stratégie, un sens du marketing  et un véritable know-how des outils de mesure et des médias sociaux en général. Lire cet article pour mieux comprendre.

Voilà pourquoi j’ai décidé de vous faire connaître davantage ce métier en vous présentant les pros œuvrant derrière les comptes que je suis tous les jours.

Cette semaine, je vous présente Jean-Philippe Gaudette avec qui j’ai eu la chance de travailler. Jean-Philippe est de loin l’un des meilleurs gestionnaires que j’ai eu la chance de rencontrer. Une de ses grandes forces est de marier autant la technique que le contenu. Il fait de la programmation en plus d’être gestionnaire, ce qui fait de lui un gestionnaire complet. Il est aussi très doué dans des domaines qu’il ne maitrise pas ou pour lesquels il n’a pas beaucoup d’intérêt comme la mode (il a appris vite et est rendu très bon :)). Alors je vous invite à le découvrir. Vous verrez qu’il possède un bon sens de l’humour! Belle personnalité ce J-P. Je vous le dis, il est parfait!

 

A quand la date de la création de tes comptes Twitter et Facebook?

J’ai créé mon compte Facebook le 6 août 2007, pour être précis. Pour l’être encore plus, j’ai rejoint Twitter  le 12 avril 2009, soit un jour de Pâques, à 18h06 et 38 secondes. J’avais très probablement un chocolat à la main, et je portais possiblement un T-Shirt (que je possède probablement encore, parce que pour un gars, l’espérance de vie d’un T-Shirt, c’est clairement plus que 3 ans). Je n’ai malheureusement pas réussi à retrouver la date exacte de création de mon compte Caramail en 1999.

 En quoi as-tu étudié?

J’ai fait un BAC en communications marketing qui, bien qu’il m’ait apporté beaucoup de connaissances au niveau stratégique, ne m’ont pas vraiment aidé dans mon apprentissage du web. Pour vous donner un petit aperçu, en 2010, on nous présentait Second Life comme un service à la mode…

 Depuis combien d’années occupes-tu le poste de gestionnaire de communauté?

Je suis gestionnaire de communauté depuis presque 2 ans. (À un mois près, mais tsé, 2 ans, ça sonne mieux)

 Comment as-tu commencé?

Bien que je lisais déjà beaucoup sur le sujet, et que je m’intéressais beaucoup aux médias sociaux, j’ai commencé la gestion de communauté de façon professionnelle lors de mon stage de fin de BAC avec Camille Dg.  (Elle tenait à ce que je la plogue dans mon texte. Et voilà! C’est fait!)

J’ai donc commencé à m’occuper, dès le départ, de trois comptes clients. Certains comptes demeurent toujours, alors que d’autres se sont succédés depuis.

 Pour quel compte/marque es-tu gestionnaire de communauté?

Je m’occupe de plusieurs clients de Codmorse tel qu’À la Carte Express,  facebook.com/alacarteexpress et @alacarteexpress, Brigade du Bonheur Coca-Cola, facebook.com/labrigadedubonheur , @brigadebonheurinstagram.com/brigadebonheur, Voyage Bergeron  facebook.com/voyagesbergeron, @voyagesbergeron, Centropolis facebook.com/Centropolis , @centropolis_ Père Noël Portable  facebook.com/PNPSANTA , @pnpsanta ainsi que  le compte de l’agence facebook.com/CodMorse , @agencecodmorse

Pour certains, je m’occupe de la gestion de la communauté en tant que telle, alors que pour d’autres, je me charge principalement de la planification stratégique et des considérations plus techniques, comme la programmation d’applications et d’autres choses geeks.

Quelle est la principale qualité d’un gestionnaire de communauté?

Je pourrais dire comme tout le monde et parler de curiosité, de proactivité, de talent d’écriture et d’autres choses brunes, mais selon moi, il faut surtout gérer le stress. Entre les 4500 courriels quotidiens, les va-et-vient avec les clients à propos d’une virgule, la gestion de crise et la folie de la couverture d’évènements live sur les médias sociaux, il faut être fait solide. Et taper vite sur un clavier, mais ça, c’est accessoire.

 Décris ta job en 140 caractères. 

Sérieusement : Je crée un canal de communication bidirectionnel entre la marque et les consommateurs, en prolongeant la marque sur les plates-formes sociales

En réalité : Je discute avec des gens sur plein de sujets que j’aime, je glisse des jeux de mots douteux dans mes courriels et j’augmente mon Kloute.

 Quel est ton meilleur coup? Celui dont tu es fier? 

Ce qui me rend le plus fier, ce sont les projets complètement fous que l’on réalise, souvent en diffusion en direct. Par exemple, être LIVE pendant plus de 72 heures d’affilée. Un téléthon, ça doit être fou à organiser, et c’est une grosse équipe. 72 heures de LIVE avec une équipe d’environ 10 personnes, c’est du sport. Par contre, ça fait que la bière finale est particulièrement satisfaisante. Ça goûte le devoir accompli.

 Quelle est la pire erreur que tu as commise comme gestionnaire?  

Je pourrais répondre comme tout le monde, et dire que je me suis trompé de compte, car oui, ça m’est arrivé. Mais je dirais plutôt de faire trop confiance aux outils, comme la programmation de posts par exemple, ou la veille automatique. Les outils qu’on utilise ne sont pas infaillibles, il faut toujours garder un œil sur ce qui se passe, « à la mitaine ».  Ça peut paraitre old-school, mais c’est ça quand même.

 Quelle est la première chose que tu consultes en commençant ta journée? Twitter, Facebook, emails, autres?

La première chose que je consulte est toujours mon réveil-matin, pour me rendre compte que je me suis réveillé en retard. Ensuite, en m’habillant et en me brossant les dents (en même temps) je consulte le Notification Center de mon téléphone, pour voir toute l’activité de mes comptes Facebook et Twitter, ainsi que mes nouveaux emails. Je lis les courriels qui me semblent urgents, et, en marchant vers le métro, je lis mon fil Twitter pour avoir les dernières actualités.

Une fois au bureau, je repasse les emails non-lus, et je regarde mon feed Facebook. Et à un moment, parmi tout ça, dans la journée, je travaille.

 Quel est ton outil préféré? Facebook, Twitter, YouTube, HootSuite, Tumblr?

Mon outil préféré? Je dirais Antidote. Ensuite, c’est Hootsuite, qui, pour les gens qui doivent gérer plusieurs comptes à la fois, est tout simplement magique et agréable. Et le logo est un hibou. Et c’est cool les hiboux.

 Les médias sociaux évoluent vite. Comment te gardes-tu à jour? Que consultes-tu comme site?

Un peu comme tout le monde, je lis Mashable, Social media Examiner et autres, mais surtout, Google Reader. Je suis abonné à cinquante milliards de fils RSS (Oui, je suis Old-School) alors c’est une assez bonne source d’informations. Et, comme tout le monde, je lis les articles qui défilent sur mes feeds Facebook et Twitter. Ou, encore une fois comme tout le monde, je lis les titres et je m’imagine rapidement le contenu de l’article pour faire comme si je l’avais lu.

 Quel est le plus grand défi pour ta marque?

Considérant que j’ai plusieurs marques à gérer, le défi consiste évidemment à bien caractériser chacune des marques, et à conserver un ton adapté au client. Il ne faut pas commencer à parler partout d’une voix uniforme, ce qui est un piège dans lequel il est facile de tomber.

 Es-tu plus iPhone, Android ou BlackBerry?

En ce moment, j’utilise un iPhone 4, mais ce n’est qu’une question de temps avant que je passe de l’autre côté de la Force (à vous de juger si c’est le côté clair ou obscur). Je me magasine un téléphone Android, plus précisément un Samsung Galaxy SIII ou le Note 2, que j’ai pu tester pour 2 semaines, et qui m’a vraiment convaincu.

 Question #jeudiconfession : quels comptes Twitter ou pages FB serais-tu gêné d’avouer suivre?

Ouf.. Il y en a une tonne, qui datent du temps où l’on devait obligatoirement « aimer » une page pour pouvoir la tagger. J’ai donc dû m’abonner à une tonne de pages du genre Beyoncé, Shakira, Vogue et autres choses qui, si mes pages aimées étaient visibles aux autres, pourraient susciter des questions.

 Que penses-tu de Google+?

Je crois fermement que c’est une plate-forme intéressante, même si je n’y vais pratiquement jamais. Il manque simplement une chose essentielle, et c’est un large basin d’utilisateurs. Plusieurs y sont encore très actifs, et les rares fois où moi ou des gens de mon entourage publient sur G+, le taux de réponse est excellent. L’avenir nous dira si le réseau deviendra finalement un gros joueur, mais pour l’instant, je vais continuer à y aller sporadiquement, pour tâter le pouls.

 Si tu pouvais choisir la marque pour laquelle tu voudrais être gestionnaire, quelle serait-elle?

Étant un gamer assumé (Ou plutôt un wanna-be Gamer, qui n’a pas le temps de jouer), j’aimerais vraiment gérer une marque comme Ubisoft Montréal, Eidos ou Bioware. Un développeur de jeux de qualité, installé à Montréal, ce serait fou comme marque à gérer, surtout considérant la quantité de contenu qu’il est possible d’obtenir (concept art, vidéos, etc), et la donne qui change complètement, chaque fois qu’on lance un nouveau jeu. Ah oui, ce serait quand même bien aussi de gérer la marque de l’Église de Scientologie, juste pour le plaisir de lire les Inbox louches que la page doit recevoir.

 À quoi ressemblent tes journées?

Laquelle? L’avantage de travailler au sein d’une petite agence, avec plusieurs clients différents, est le fait qu’aucune journée n’est la même. Le seul point commun est que je me réveille et me rends au bureau vers 9h, ou plutôt, 9h15-9h30, considérant ma non-ponctualité. Il faut quand même mentionner que c’est largement compensé par un départ du bureau à des heures assez variables, et beaucoup de travail de la maison.

 Comment vois-tu l’avenir de la profession? Son évolution?

Le métier de gestionnaire de communautés est destiné à subir de constantes transformations. Après tout, on dépend largement d’outils qui ne sont pas permanents. Tous les gestionnaires utilisent présentement Facebook parmi leurs plates-formes, mais le jour où le site fermera (Ça risque d’arriver un jour, éventuellement, soyons honnêtes) le métier continuera d’exister, avec les nouveaux outils disponibles. À moins que du jour au lendemain l’humanité renonce aux Internets, les gestionnaires évolueront selon les nouveaux outils. La profession en tant que telle sera également très probablement intégrée aux tâches d’autres postes en communication. Après tout, les médias sociaux, ce ne sont que des outils de communication, c’est donc logique qu’ils fassent partie du tout que représentent les comms.

 Ta plus grande qualité en tant que gestionnaire de communauté? Ce qui te caractérise?

Je crois que ce qui me caractérise, c’est ma versatilité. (J’aurais dit mon omnipotence, mais on me souffle à l’oreille que c’est un peu prétentieux)

Je fais de la gestion de communauté, mais aussi de la programmation, ce qui me permet de réfléchir à une mécanique d’application Facebook, et de la créer moi-même. Comme la communication se fait entre moi et moi, ça limite les problèmes d’interprétation et de compréhension, quoique…

 Quel autre gestionnaire de communauté admires-tu? Qui t’influence?

Une personne qui, selon moi, se démarque dans la communauté des gestionnaires de communauté (C’est drôle à dire comme expression), c’est sans aucun doute Nadine Mathurin. Elle a un style à elle, elle a vraiment de bonnes idées, et ça lui arrive d’être drôle. Assez souvent. Genre pas mal tout le temps. Là je vais arrêter de la complimenter, parce qu’elle va penser que je lui voue un culte un peu malsain, avec des autels, des sacrifices pis toute…

Je vais aussi dire Virginie Pichet, parce que tsé, complimenter ses collègues, ça aide à garder une bonne ambiance au bureau.  Juste pour ça.

 Quel pourcentage de ton temps sur les médias sociaux consacres-tu à ton compte perso?

Ouf… Pas très longtemps. De temps en temps je vais publier des trucs que je trouve drôle, ou des réflexions personnelles pas super pertinentes. J’ai décidé d’arrêter le partage compulsif sur Twitter de toutes les nouveautés web et les articles de Mashable, parce que plein de gens le font très bien, et ça ne sert à rien que je le fasse aussi.

 Si tu n’étais pas gestionnaire de communauté, tu ferais quoi?

En fait, si les circonstances n’avaient pas fait que je me spécialise en web et en médias sociaux, je serais encore dans le monde de la publicité, mais dans un poste différent, comme le placement média, ou l’achat web. Bref, pas très loin de là où je suis en ce moment.

 Est-ce que tes amis et ta famille comprennent ce que tu fais, ou es-tu celui qui passe sa journée sur FB et Twitter?

Après 2 ans, ils commencent à comprendre, même si souvent, pour éviter les questions, je dis que je travaille en publicité web. C’est plus simple, et ça évite que l’intégralité du souper de famille gravite autour de mon travail. Ma blonde, c’est différent. Elle comprend ce que je fais (entre autres parce qu’elle me voit travailler le soir, à la maison, assez régulièrement), me donne des idées et, je dois l’avouer, me corrige souvent (elle aussi voulait que je la plug dans le texte.)

 Que recommandes-tu à quelqu’un qui désire faire cela comme métier?

Je leur recommande de changer de domaine, car je n’aime pas la compétition…

Sérieusement, je leur recommande de suivre un parcours en communications ou en marketing, et de faire leur propre éducation en matière de web et de médias sociaux. Se limiter aux outils dans son apprentissage, sans comprendre les principes et les fondements de la communication, ça ne sert à rien selon moi.  Il faut aussi s’intéresser à plusieurs domaines, et aimer la recherche, parce qu’après tout, une bonne partie de ce métier est la recherche de contenu.

Il faut aussi être vraiment passionné et aimer son travail, parce qu’une semaine classique de 40 heures, de 9 à 5, ça n’existe pas. Il faut s’attendre à travailler régulièrement en dehors des heures de bureau, que ce soit le soir ou le weekend, et pendant les congés fériés.  Une communauté, ça n’arrête pas d’exister parce qu’on est samedi.

 Pour suivre Jean-Philippe Gaudette

Facebook : http://www.facebook.com/jpgaudette
Twitter : http://www.twitter.com/jpgaudette
Blogue : http://codmorse.com/blogue
Lookbook : Pas sûr que les gens ont envie de voir mes looks.
Podcast : Peut-être un jour, quand j’aurai trouvé comment inventer du temps.

 


 


Autres portraits de gestionnaires :

 

Lecture

Démystifier le métier de gestionnaire de communauté au Québec
What does it take to be a social media strategist?
Les médias sociaux comme métie
5 phrases à ne pas dire a un community manager
10 qualities of a successful Social media manager
L’emploi du temps d’un community manager
Community managers : entre clichés et méconnaissance
La place du community manager dans les strategies social media
Caracteristics of a community manager
Lexique du gestionnaire de commuanuté 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Portrait de gestionnaire de communauté : Phania Jean-Baptiste

Author: | No Comments »

 

Nouveau et méconnu, le métier de gestionnaire de communauté est en évolution constante. Mais depuis un certain temps, on remarque que plusieurs s’improvisent gestionnaires de communauté. Car “poster” sur Facebook et Twitter, ce n’est pas suffisant pour être un authentique gestionnaire. En effet, derrière l’activité de celui-ci, on doit entre autres retrouver une stratégie, un sens du marketing  et un véritable know-how des outils de mesure et des médias sociaux en général. Lire cet article pour mieux comprendre.

Voilà pourquoi j’ai décidé de vous faire connaître davantage ce métier en vous présentant les pros œuvrant derrière les comptes que je suis tous les jours.

Cette semaine, rencontrez Phania Jean-Baptiste

 

À quand date la création de tes comptes Twitter et Facebook?

J’ai ouvert mon compte Facebook en 2007 et Twitter en 2010.

En quoi as-tu étudié?

J’ai étudié en multimédia au Cégep pour ensuite poursuivre en programmation à l’UDeM. Afin de me perfectionner, j’ai rejoint les sciences de la gestion au HEC-UQAM avec une préférence pour le marketing.

Depuis combien d’années occupes-tu le poste de gestionnaire de communauté?

Un peu plus d’un an.

Comment as-tu commencé?

Mon insertion dans l’univers des médias sociaux s’est faite naturellement avec l’évolution du web. J’ai progressé sur le web depuis la fin de mes études en multimédia en 2001, en bâtissant des sites web, des bannières, des infolettres, bref, en faisant de la promotion de produits ou de compagnies sur le web. Les technologies ont évolué, les habitudes des usagés ont changé, Internet est devenu plus interactif et je me suis adaptée.

 Pour quel compte/marque es-tu gestionnaire de communauté?

Je m’occupe des réseaux sociaux de jeux sur plateforme mobile (IPhone, Androïde) de Ludia. J’ai à ma charge des titres tels que :

Si vous avez remarqué des publications de vos amis qui jouent à ces jeux dans vos Actualités Facebook, ça vient de chez nous.

Quelle est la principale qualité d’un gestionnaire de communauté?

S’adapter et rester a l’affut! Le comportement d’une communauté est variable et changeant, donc si l’on veut garder l’intérêt de nos membres, nous devons nous adapter afin de préserver et d’agrandir ce réseau.

Décris ta job en 140 caractères. 

Faire la promotion de nos jeux tout en soutenant la communication entre l’entreprise et la clientèle, et  vice versa, par l’entremise des réseaux sociaux.

Quel est ton meilleur coup? Celui dont tu es fière? 

Je suis particulièrement fière de l’évolution de nos communautés. Je les ai vues prospérer sur une année entière et l’une d’elles a atteint une croissance de  centaines de milliers de membres. Lorsque cette croissance s’ajoute aux commentaires positifs de nos membres sur nos produits, on ne peut qu’en être fier.

Quelle est la pire erreur que tu as commise comme gestionnaire? 

Ma pire erreur est d’avoir divulgué une date de lancement d’un produit qui, malheureusement, a dû être repoussée. Nombreux sont nos membres qui demandent de l’information sur le lancement de nos produits; il faut bien peser nos réponses, car les dates ainsi que les mises à jour sont souvent sujettes à changement.

On doit faire attention, car si on divulgue une information, aussi banale puisse-t’elle être, et que cette dernière ne se concrétise pas tel que prévu, ça affecte notre crédibilité et fait en sorte que nos clients risquent de de tourner le dos à nos produits.

Quelle est la première chose que tu consultes en commençant ta journée? Twitter, Facebook, emails, autres?

HootSuite pour voir l’ensemble de toutes nos «fans pages» Facebook et de nos comptes Twitter. C’est pratique.

Quel est ton outil préféré? Facebook, Twitter, YouTube, HootSuite, thumblr?

Je préfère Facebook, j’aime son ergonomie et son interactivité.

Les médias sociaux évoluent vite. Comment te gardes-tu à jour? Que consultes-tu comme site?

J’ai construit mon réseau d’information avec Twitter en suivant des influenceurs qui partagent des nouvelles concernant les médias sociaux. Pour rester à l’affut des nouveautés, avoir un bon réseau d’information est primordial.

Quel est le plus grand défi pour ta marque?

Ludia est un studio de production de jeux vidéo qui grossit très vite. L’expansion de la compagnie est en elle-même un défi. J’ai commencé en m’occupant de trois jeux, et maintenant j’en suis rendue à 10 en moins d’un an. Ça me garde occupée!

Un autre défi est l’évolution des technologies. Nos jeux sont disponibles sur les téléphones intelligents et ceux-ci évoluent très rapidement. C’est le cas du nouveau Iphone5, qui possède une nouvelle résolution. C’est le type de  détails que l’on doit prendre en considération.

Tu gères des comptes pour des jeux vidéo. En quoi est-ce différent d’une autre marque? 

Lorsque qu’on travaille dans l’industrie du jeu vidéo, on doit s’attendre à travailler sur beaucoup de produits qui peuvent être très différents les uns des autres. C’est un milieu stimulant et surtout en constante évolution. Les cycles de vie des jeux sont relativement courts, ce qui pousse les compagnies à innover et à créer sans cesse de nouveaux produits.

Es-tu plus iPhone, Android ou BlackBerry?

IPhone: j’ai gagné une paix d’esprit avec les produits Apple, en espérant que celà va durer.

Question #jeudiconfession : quels comptes Twitter ou pages FB serais-tu gênée d’avouer suivre? 

J’adore le faux compte de @ZachGalifinak. La personne derrière ce compte est absurde et hilarante et maîtrise très bien les 140 caractères.

Que penses-tu de Google+

Ce produit commence à prendre une part de marché, néanmoins, il faut le laisser aller un peu et suivre sa croissance pour en juger, mais nous ne pouvons pas l’ignorer.

Que penses-tu de Pinterest?

Pinterest est une source incontournable d’inspiration visuelle, j’adore! Pourtant, je ne m’en sers pas pour la promotion de nos produits, seulement pour m’inspirer professionnellement ou personnellement. À titre professionnel, je l’utilise pour générer des idées de publications ou trouver des éléments graphiques tels que des fonts.

À titre personnel, tout simplement pour y trouver des trucs utiles de décoration pour la maison ou encore des recettes. Pour moi, c’est ce qui a remplacé en partie les magazines.

Si tu pouvais choisir la marque pour laquelle tu voudrais être gestionnaire, quelle serait-elle? 

Basculons dans les fantasmes, mais j’adorerais promouvoir STAR WARS. Ce serait le summum. Il y a des tonnes de matériel à utiliser, et le fait d’avoir simplement accès à ce matériel est comme avoir accès au St-Graal quotidiennement!

Je dois avouer que j’adore travailler dans l’industrie du jeu vidéo et du divertissement. C’est un domaine que j’explore depuis maintenant 3 ans. Ça me permet de travailler sur des thèmes intéressants ou farfelus. En ce moment, j’apprends chaque jour quelque chose de nouveau sur les dinosaures (qui l’aurait cru?). Et dans un an, qui sait sur quoi  je vais travailler?

Toutefois, si je devais changer de domaine,  l’industrie touristique ou culturelle m’intéresseraient. Sinon, j’aimerais bien travailler dans le but de promouvoir une cause et d’apporter un changement positif en rassemblant des gens autour de cette cause

À quoi ressemblent tes journées?

Très occupées! Premièrement, je fais le tour de nos communautés pour voir s’il y a des changements ou urgences à traiter. Ensuite, je fais le tour de mon équipe pour synchroniser les horaires et les tâches de tout le monde. Par la suite, mes tâches  varient entre la planification du calendrier éditorial, la gestion de mon équipe, les recherches,  le brainstorming, la conception de contenu, l’étude des statistiques et la production de rapports.

Comment vois-tu l’avenir de la profession? Son évolution?

Je crois que la profession est toujours dans sa phase de croissance et ça va vite. Les consommateurs vont de plus en plus communiquer avec les marques par le biais des réseaux sociaux; c’est plus direct et personnel.

C’est l’occasion pour ces marques d’entretenir un lien direct avec leur marché et d’avoir accès à une tonne d’informations utiles pour l’élaboration ou la modification de leurs produits. Pour le moment, on voit beaucoup l’aspect promotionnel des réseaux sociaux, mais je vois plutôt le côté recherche d’informations qui  ne demande qu’à être plus exploité. C’est aussi une belle opportunité de pousser le marketing social pour que les entreprises redonnent et s’impliquent dans leur société.

Des anecdotes intéressantes? Interaction ou autres.

Je ne pensais jamais avoir à étudier les dinosaures dans un contexte professionnel, mais lorsqu’on s’occupe d’une communauté passionnée par les dinosaures, on s’adapte, et j’adore ça!  Il y a même des membres de la communauté de Jurassic Park Builder, dont un directeur de Zoo, qui me donnent un coup de main.

Ta plus grande qualité en tant que gestionnaire de communauté? Ce qui te caractérise?

Être structurée. Il y a beaucoup de surveillance à faire, de réseaux d’information à consulter, ajoutées à celà toutes les tâches inhérentes à la gestion ou à la création de contenu. On doit pouvoir s’organiser pour bien utiliser notre temps et il y a toujours des améliorations à apporter. Je crois toutefois avoir atteint un bon niveau d’organisation et j’en suis particulièrement fière.

Quel autre gestionnaire de communauté admires-tu? Qui t’influence?

J’ai une grande admiration pour Luc Dupont,un professeur en communication à l’Université d’Ottawa qui est actif sur les réseaux sociaux (@LucDupont ).  Tout a commencé avec la lecture de son livre 1001 trucs publicitaires, et depuis, je le suis avec plaisir sur Twitter. Si vous créez du contenu, achetez son livre! Il y a plein de trucs pour communiquer clairement avec votre public.

Quels sont tes #FF tes incontournables?

Mes Follow Fridays vont à plusieurs membres de nos communautés. On pige au quotidien des idées venues de leur part, ce qui me permet de les  impliquer dans nos processus de création. De plus, afin de rester à l’affut des réseaux sociaux, je consulte  @marcoliviergl via Twitter à chaque semaine, ainsi que @JeanBoileau, pour ne nommer que ceux-ci.

Quel pourcentage de ton temps sur les médias sociaux consacres-tu à ton compte perso?

Difficile à dire. J’entretiens peu mon côté social en ligne, toutefois, j’utilise mon compte pour plusieurs listes d’intérêts afin de voir ce qu’il se passe dans l’industrie ou les tendances sur les réseaux sociaux. Je consulte mes actualités et partage certaines opinions, mais sans plus. Ce qui m’intéresse sur les réseaux sociaux est plus souvent qu’autrement  d’ordre professionnel et non personnel.

Si tu n’étais pas gestionnaire de communauté, tu ferais quoi?

J’évoluerais quand même dans l’industrie du jeu vidéo, du divertissement ou je travaillerais en agence, sans toutefois limiter mes champs d’intérêts

Est-ce que tes amis et ta famille comprennent ce que tu fais, ou es-tu celle qui passe sa journée sur FB et Twitter?

Ils comprennent très bien. Ils me servent souvent de cobayes. Je teste sur eux mes concepts de campagnes et autres.

Que recommandes-tu à quelqu’un qui désire faire cela comme métier?

Je lui recommanderais de s’y lancer,  de  se documenter et d’explorer les médias sociaux. Pour ce qui est du cheminement académique, les cours qui se sont avérés les plus utiles pour moi ont été ceux en marketing et en communication. Si vous voulez arriver à des résultats, il y a des notions à maitriser telles que  la notion de marché, la segmentation, la communication, la publicité, la promotion, les statistiques ainsi que le comportement des consommateurs.

Il est important d’observer ce qui se fait et de créer des liens pour éventuellement trouver un groupe afin d’échanger idées ou questionnements. On apprend beaucoup par le biais de nos expériences et de notre réseau.

Pour ma part, on m’a offert une formation à l’Institue Inis s’adressant aux gestionnaires de communautés, ce qui m’a grandement aidée à me développer. Un gros merci à Bianka Bernier, Nellie Brière, Nathalie Bray, Katerine Rollet , Thomas-Louis Boutet et Martin Lessard pour cette formation que je recommande à tous

Pour suivre Phania Jean-Baptiste

Facebook: http://www.facebook.com/phania.j.b
Twitter:  @Phania_
Pinterest: http://pinterest.com/phaniajb/
Linkedin:  ca.linkedin.com/pub/phania-jean-baptiste/3b/951/14b

——–

 


Autres portraits de gestionnaires :

 

Lecture

Démystifier le métier de gestionnaire de communauté au Québec
What does it take to be a social media strategist?
Les médias sociaux comme métie
5 phrases à ne pas dire a un community manager
10 qualities of a successful Social media manager
L’emploi du temps d’un community manager
Community managers : entre clichés et méconnaissance
La place du community manager dans les strategies social media
Caracteristics of a community manager
Lexique du gestionnaire de commuanuté 

 

 

 

 

 

 

 

 


Portrait de gestionnaire de communauté : Katrine Gouron

Author: | No Comments »

Nouveau et méconnu, le métier de gestionnaire de communauté est en évolution constante. Mais depuis un certain temps, on remarque que plusieurs s’improvisent gestionnaires de communauté. Car “poster” sur Facebook et Twitter, ce n’est pas suffisant pour être un authentique gestionnaire. En effet, derrière l’activité de celui-ci, on doit entre autres retrouver une stratégie, un sens du marketing  et un véritable know-how des outils de mesure et des médias sociaux en général. Lire cet article pour mieux comprendre.

Voilà pourquoi j’ai décidé de vous faire connaître davantage ce métier en vous présentant les pros œuvrant derrière les comptes que je suis tous les jours.

Aujourd’hui, je vous présente Katrine Gouron, une  fille allumée  qui gère le compte de Lise Watier.

Quelle date as tu créé tes comptes Twitter et Facebook?

Facebook en 2006, Twitter début 2011 (J’ai été un peu retardataire de ce côté)

 En quoi as-tu étudié?

En communication / marketing à l’UQAM

 Depuis combien d’années occupes-tu le poste de gestionnaire de communauté?

Moins d’un an!

 Comment as-tu commencé?

Si on remonte loin, j’ai été G.O. pour Astral Média Radio (feu Énergie et Rock Détente), ce qui a attisé ma passion pour les relations publiques et l’événementiel. De là, j’ai fait mon chemin et suis devenue coordonnatrice d’événements spéciaux pour un géant de la chaussure à quatre lettres. À travers mon parcours, une passion pour les médias sociaux s’est incrustée et j’ai senti le besoin d’explorer davantage cet univers. Une opportunité s’est présentée à moi et sans hésiter, j’ai sauté sur l’occasion!

 Pour quel compte/marque es-tu gestionnaire de communauté?

Je gère le compte de Lise Watier Cosmétiques sur Twitter (@LiseWatier), Facebook (www.facebook.com/LiseWatier) , sur Instagram (@LiseWatier) et bientôt bientôt sur Pinterest!

 Quelle est la principale qualité d’un gestionnaire de communauté?

L’authenticité

 Décris ta job en 140 caractères.

Virtually social, je crée, je tweet, je post et j’instagramme!

 Quel est ton meilleur coup? Celui dont tu es fière? Stratégie

Mon meilleur coup est à venir! Le 1er novembre prochain Lise Watier lance son site d’e-commerce aux États-Unis. Pour l’occasion, nous avons décidé de faire venir des tops bloggeuses de New-York à Montréal afin de leur faire découvrir la marque et la merveilleuse ville où elle est née et établie. Durant l’événement Bonjour Montréal by Lise Watier, elles vivront une escapade de 2 jours, incluant un méga party avec tous les influenceurs de la ville. Sans révéler tous les détails, elles auront deux journées bien chargées et repartirons à la maison avec des souvenirs mémorable en tête. Le but? Lorsqu’on vit une expérience de la sorte, on s’en souvient et on le partage! #BonjourMTL

 Quelle est la pire erreur que tu as commise comme gestionnaire?

Twitter sur le compte de Lise Watier alors que je croyais être sur mon compte perso (oupsy! #iPhoneProblems)! Il faut également être très attentif aux fautes d’orthographes.

 Quelle est la première chose que tu consultes en commençant ta journée? Twitter, Facebook, emails, autres?

Facebook, HootSuite, Twitter perso, Pinterest et email

 Quel est ton outil préféré? Facebook, Twitter, YouTube, HootSuite, thumblr?

J’aime bien HootSuite! Sinon ma récente découverte est WildFire (pas gratuit par contre L), on peut facilement y créer des applications pour Facebook, gérer les comptes, analyser nos plates-formes, et bien plus! C’est génial!

 Les médias sociaux évoluent vite. Comment te gardes-tu à jour?

Que consultes-tu comme site? Je n’ai pas de routine établie, je suis des gens influents sur Twitter qui me réfère souvent vers des articles pertinents. J’aime bien Infopresse et Marketing Bulletin.

 Quel est le plus grand défi pour ta marque?

Créer un gros buzz aux États-Unis afin d’assurer le succès du lancement de notre site web d’e-commerce et d’amener un traffic significatif sur celui-ci.

Es-tu plus iPhone, Android ou BlackBerry?

Pour avoir eu les trois, iPhone sans hésitation! Dans mon travail c’est vraiment l’outil le mieux adapté.

 Question #jeudiconfession : quels comptes Twitter ou pages FB serais-tu gênée d’avouer suivre?

@ODTVA Coupable… J’adore lire le sarcasme des gens!

 Que penses-tu de Google+?

Je l’avoue, je n’ai pas eu vraiment d’intérêt pour cette plateforme…

 Que penses-tu de Pinterest?

J’ADORE! J’y passe beaucoup trop de temps. Pour les gens visuels comme moi, c’est une plateforme géniale pour s’exprimer sans limitations. Il s’agit également d’un outil fantastique pour les entreprises lorsqu’on veut créer une atmosphère autour d’un ou plusieurs produits et la faire découvrir aux consommateurs.

 Si tu pouvais choisir la marque pour laquelle tu voudrais être gestionnaire, quelle serait-elle?

J’y suis déjà! Être la gestionnaire de communauté pour Lise Watier, une marque de produits de beauté de prestige, c’est le bonheur!

 À quoi ressemblent tes journées?

Mon cadran sonne, je regarde les notifications sur mon iPhone. Je réponds rapidement et me dirige au bureau. J’ouvre HootSuite, Facebook, Twitter perso, Pinterest et mes courriels. On répond aux messages urgents. Je fais de la recherche et je brainstorm à tous les jours pour créer du contenu différent et intéressant. Je regarde les statistiques de nos plateformes afin d’analyser ce que les gens aime lire, voir et partager. Outre ça? Je bois beaucoup de thé, je suis en meeting pour des offensives PR avec @RachelLadouceur et j’ai du plaisir!

 Comment vois-tu l’avenir de la profession? Son évolution?

Je crois que ce poste ne fera que grandir. Les médias sociaux font partis de la réalité des entreprises aujourd’hui et celles-ci doivent prendre le pas et s’y mettre. Pour moi, c’est un outil idéal pour être près de nos consommateurs et comprendre leurs besoins. C’est également une source de référence pour eux. Bien que très nouveau, le poste de gestionnaire de communauté est à mon avis un must have pour toute compagnie!

 Des anecdotes intéressantes?

Interaction ou autres. On s’entend, les médias sociaux sont TRÈS accessibles. Je reçois donc souvent des photos ou des commentaires assez cocasses destinés à Madame Watier, car les gens pensent qu’il s’agit de sa page Facebook personnelle.

 Ta plus grande qualité en tant que gestionnaire de communauté? Ce qui te caractérise?

Je suis très accessible et rapide sur le tweet!

  Quel autre gestionnaire de communauté admires-tu? Qui t’influence?

Elles ne sont pas gestionnaires de communauté, mais ce sont deux personnes qui m’influencent beaucoup dans ma carrière et dans mon cheminement professionnel et personnel : @RachelLadouceur, PR Manager pour @LiseWatier et Sonia Ranellucci Events & Sponsorship Manager pour @Aeroplan.

 Quels sont tes #FF tes incontournables?

Des gens qui m’ont encouragé à faire le saut vers les médias sociaux : @SophieDesbiens, @Jean_Sasseville et pour l’amoureuse de mode en moi : @ELLEUK @VogueParis @ALDO_Shoes

 Quel pourcentage de ton temps sur les médias sociaux consacres-tu à ton compte perso?

43,6% J

 Si tu n’étais pas gestionnaire de communauté, tu ferais quoi?

Je serais gestionnaire de projet en événementiel.

 Est-ce que tes amis et ta famille comprennent ce que tu fais, ou es-tu celle qui passe sa journée sur FB et Twitter?

Mes amies oui, car beaucoup d’entre-elles sont dans le domaine des communications et des relations publiques. Ma famille? C’est une autre paire de manches. Pour certains, ma vie est un party et pour d’autres je travaille « dans les Internet »!

 Que recommandes-tu à quelqu’un qui désire faire cela comme métier?

Être passionné, rigoureux, attentif aux détails et aimer les gens!

Pour suivre Katrine Gourom

Facebook : https://www.facebook.com/katrine.gouron
Twitter : @KateGouron
Pinterest: http://pinterest.com/kategouron/
Linkedin: www.linkedin.com/in/katrinegouron
Instagram: @KateGouron

***

 


Autres portraits de gestionnaires :

 

Lecture

Démystifier le métier de gestionnaire de communauté au Québec
What does it take to be a social media strategist?
Les médias sociaux comme métie
5 phrases à ne pas dire a un community manager
10 qualities of a successful Social media manager
L’emploi du temps d’un community manager
Community managers : entre clichés et méconnaissance
La place du community manager dans les strategies social media
Caracteristics of a community manager
Lexique du gestionnaire de commuanuté 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Portrait de gestionnaire de communauté : Marie-Pier Rochon

Author: | No Comments »

 

Nouveau et méconnu, le métier de gestionnaire de communauté est en évolution constante. Mais depuis un certain temps, on remarque que plusieurs s’improvisent gestionnaires de communauté. Car “poster” sur Facebook et Twitter, ce n’est pas suffisant pour être un authentique gestionnaire. En effet, derrière l’activité de celui-ci, on doit entre autres retrouver une stratégie, un sens du marketing  et un véritable know-how des outils de mesure et des médias sociaux en général. Lire cet article pour mieux comprendre.

Voilà pourquoi j’ai décidé de vous faire connaître davantage ce métier en vous présentant les pros œuvrant derrière les comptes que je suis tous les jours.

Cette semaine, je vous présente Marie-Pier Rochon, qui gère le compte de Yelp.

 

À quand date la création de tes comptes Twitter et Facebook?

J’ai créé mon compte Facebook en 2006, puis mon compte Twitter est venu plus tard en janvier 2009.

 En quoi as-tu étudié?

En communications organisationnelles à l’Université d’Ottawa et j’ai complété ma dernière session en design graphique à l’University of Sydney.

 Depuis combien d’années occupes-tu le poste de gestionnaire de communauté?

Presque 1 an.

 Comment as-tu commencé?

Dans le passé j’ai tenu plusieurs rôles liés aux communications internes, la planification d’événements, la modération des médias et la rédaction. En 2010 je me suis donnée un an pour explorer d’autres options « hors cubicule » et poursuivre mes passions. J’ai donc été pâtissière, barrista (dans un café), représentante de vins australiens et j’ai travailler pour divers festivals culturels. J’ai donc voulu trouver un travail qui alliait mes compétences de communicatrice avec mes passions pour la nourriture et tout ce qui est local. La fonction de gestionnaire de communauté m’a donc intriguée et puis le poste pour Yelp semblait parfait, donc j’ai plongé tête première dans le monde des média sociaux.

 Pour quel compte/marque es-tu gestionnaire de communauté?

Je suis la Chef de communauté francophone pour Yelp à Montréal. Je gère le compte Twitter @yelpmontreal et Facebook  facebook.com/YelpMontreal

 Quelle est la principale qualité d’un gestionnaire de communauté?

L’authenticité et la diplomatie.

 Décris ta job en 140 caractères.

Connecter les Montréalais avec une variété de commerces locaux de manière utile, drôle et cool via le site, l’application et des événements!

 Quel est ton meilleur coup? Celui dont tu es fière?

La partie de mon travail dont je suis le plus fière est la possibilité d’impliquer les Yelpeurs dans des activités qui les forcent à sortir de chez eux, leur fait découvrir des nouveaux endroits et leur démontrent que la communauté est belle et bien réelle. Par exemple, j’ai organisé une soirée « Grilled-Cheese » avec l’aide du gérant de l’Emporte-Pièce. Même s’il faisait gris, froid et venteux et que le focus de la soirée était l’ouverture de la terrasse, 15 Yelpeurs sont quand même venus parce qu’ils ne connaissaient pas ce charment commerce. Ça a permis aux gens de faire des nouvelles rencontres en plus de découvrir et d’encourager un resto 100 % Montréalais.

 Quelle est la pire erreur que tu as commise comme gestionnaire?

C’est probablement le nombre d’erreurs de grammaire, que j’ai fait au départ! J’en fais encore mais c’est beaucoup moins pire qu’avant. C’est facile d’aller trop vite et de ne pas se relire assez de fois avant d’afficher un message.

 Quelle est la première chose que tu consultes en commençant ta journée? Twitter, Facebook, emails, autres?

Je commence par Yelp, mes courriels puis le reste dépend du déroulement de ma journée.

 Quel est ton outil préféré? Facebook, Twitter, YouTube, HootSuite, thumblr?

Yelp bien sûr! C’est là que je passe la majorité de mon temps.

 Les médias sociaux évoluent vite. Comment te gardes-tu à jour? Que consultes-tu comme site?

Je lis des articles ici et là autant sur des blogues techno que dans les journaux locaux puis j’essaie de voir ce qu’il se passe dans d’autres villes pour trouver les nouvelles tendances avant qu’elles n’arrivent à Montréal.

 Quel est le plus grand défi pour ta marque?

Faire connaître Yelp aux francophones de Montréal et les encourager à l’utiliser dans leur langue maternelle.

Es-tu plus iPhone, Android ou BlackBerry?

iPhone sans hésitation!

 Question #jeudiconfession : quels comptes Twitter ou pages FB serais-tu gênée d’avouer suivre?

J’ai passé à travers ma liste et aucun ne me gêne, mais je dois admettre adorer les potins donc @LaineyGossip, @HollywoodPQ feraient partie de ce qu’il y a de plus gênant!

Si tu pouvais choisir la marque pour laquelle tu voudrais être gestionnaire, quelle serait-elle?

J’ai toujours rêvée d’être acrobate pour le Cirque du Soleil donc je ne dirais pas non à un poste de gestionnaire de communauté pour eux!

 À quoi ressemblent tes journées?

À part la routine qui consiste à jeter un coup d’œil sur Yelp et d’y participer un peu comme tous les autres Yelpeurs, mes journées ne se ressemblent pas les unes les autres. Elles ont déjà commencé par une dégustation de bière à l’aveugle ou bien terminé par une soirée à jouer au bowling avec des Yelpeurs, mais parfois, je peux passer une journée entière attachée à mon clavier!

Comment vois-tu l’avenir de la profession? Son évolution?

Je pense que la profession est là pour rester et qu’elle va évoluer de manière à ce qu’il y ait différents types de gestionnaires de communauté dépendamment du type de marque ou d’entreprise représentée.  J’aime aussi le fait que les outils sont gratuits pour tous et permettent autant aux petites qu’aux grandes entreprises d’interagir avec leur communauté, peu importe leur budget. J’espère que ça va rester comme ça.

Ta plus grande qualité en tant que gestionnaire de communauté? Ce qui te caractérise?

Mon énergie et ma passion. Je suis rarement de mauvaise humeur quand ça vient à mon travail et ça prend un assez haut niveau d’énergie pour représenter une marque de manière positive et avec conviction, autant en ligne qu’en personne. On m’a aussi souvent dit que ça paraissait dans l’étincelle de mes yeux que j’adore mon métier.

 Quel autre gestionnaire de communauté admires-tu? Qui t’influence?

Ma deuxième moitié, Risa Dickens, la Chef de communauté anglophone pour Yelp Montréal, puis tous les autres qui font le même travail que nous à travers le monde.

 Quels sont tes #FF tes incontournables?

Ceux qui m’ont inspiré à faire le saut et me joindre à la profession : @veromilot, @beatricebp et @PRmixer puis tous ceux avec qui je travaille, mais surtout @yelpcanada et @risadickens. Quand je fais de nouvelles rencontres, elles s’ajoutent souvent à mes #FF.

 Quel pourcentage de ton temps sur les médias sociaux consacres-tu à ton compte perso?

Difficile à dire puisque mon travail et ma vie personnelle se croisent trop souvent!

 Si tu n’étais pas gestionnaire de communauté, tu ferais quoi?

De la rédaction ou de la planification d’événements.

 Est-ce que tes amis et ta famille comprennent ce que tu fais, ou es-tu celle qui passe sa journée sur FB et Twitter?

C’est divisé parce que j’ai plusieurs amis qui, comme moi, ont grandi avec les médias sociaux et ont eux-mêmes des postes similaires. Par contre, parce que mon rôle implique aussi d’être active dans la communauté, de favoriser des rencontres sociales et de faire connaître Yelp de manières inusitées, même les addicts des média sociaux les plus endurcis ont parfois de la difficulté à comprendre ce que je fais!

 Que recommandes-tu à quelqu’un qui désire faire cela comme métier?

Être d’abord et avant tout passionné par le sujet, l’organisation ou la cause qu’il doit promouvoir. Pour pouvoir être authentique il faut pouvoir parler de son sujet avec honnêteté et avec de l’énergie, puis quand on a la passion, ça vient naturellement.

Pour suivre Marie-Pier Rochon

Facebook : https://www.facebook.com/mariepier.rochon
Twitter : @mariepierrochon
Linkedin: http://ca.linkedin.com/pub/marie-pier-rochon/8/2aa/699
Yelp: http://fr.marie-pier.yelp.ca
***

 


Autres portraits de gestionnaires :

 

Lecture

Démystifier le métier de gestionnaire de communauté au Québec
What does it take to be a social media strategist?
Les médias sociaux comme métie
5 phrases à ne pas dire a un community manager
10 qualities of a successful Social media manager
L’emploi du temps d’un community manager
Community managers : entre clichés et méconnaissance
La place du community manager dans les strategies social media
Caracteristics of a community manager
Lexique du gestionnaire de commuanuté 

 

 

 

 


Portrait de gestionnaire de communauté : Joanie Lavoie

Author: | No Comments »

Nouveau et méconnu, le métier de gestionnaire de communauté est en évolution constante. Mais depuis un certain temps, on remarque que plusieurs s’improvisent gestionnaires de communauté. Car “poster” sur Facebook et Twitter, ce n’est pas suffisant pour être un authentique gestionnaire. En effet, derrière l’activité de celui-ci, on doit entre autres retrouver une stratégie, un sens du marketing  et un véritable know-how des outils de mesure et des médias sociaux en général. Lire cet article pour mieux comprendre.

Voilà pourquoi j’ai décidé de vous faire connaître davantage ce métier en vous présentant les pros œuvrant derrière les comptes que je suis tous les jours.

Aujourd’hui je vous présente Joanie Lavoie qui gère la communauté de Discover America.

 

À quand date la création de tes comptes Twitter et Facebook?

Facebook : 3 mai 2007. Twitter : en 2010.

 En quoi as-tu étudié?

J’ai étudié en journalisme électronique à La Cité collégiale d’Ottawa et j’ai ensuite décidé faire un baccalauréat en communication, politique et société à l’Université du Québec à Montréal.

 Depuis combien d’années occupes-tu le poste de gestionnaire de communauté?

Je suis une toute nouvelle recrue!

 Comment as-tu commencé?

Durant mes études, j’ai été vidéo-journaliste à la Défense nationale. Sur le marché du travail, je me suis plongée dans le monde du web comme édimestre à Radio-Canada. Je regardais souvent les postes de gestionnaires de communauté jusqu’au jour où je suis tombé sur un tweet d’Andrés Restrepo, le gestionnaire de communauté d’Artv, qui disait qu’une agence de publicité cherchait un gestionnaire de communauté à temps partiel. C’était parfait pour moi.

 Pour quel compte/marque es-tu gestionnaire de communauté?

Je travaille pour Brand USA – – Discover America,  , l’organisme chargé d’encourager les voyageurs du monde entier à découvrir les États-Unis. De mon côté, je m’occupe plus précisément de la portion francophone de Discover America – Canada sur Facebook et @DiscoverusaQC sur Twitter.

 Quelle est la principale qualité d’un gestionnaire de communauté?

Il y a en plusieurs, mais je dirais la diplomatie.

 Décris ta job en 140 caractères.

Établir une relation avec les voyageurs afin qu’ils explorent les possibilités illimitées des États-Unis.

 Quel est ton meilleur coup? Celui dont tu es fière?

Étant donné que je suis la seule francophone de l’équipe, je suis LA référence en français et j’ai donc mon mot à dire sur les stratégies et je dois souvent trancher pour certaines décisions. Je suis fière de cette autonomie.

 Quelle est la pire erreur que tu as commise comme gestionnaire?

Comme probablement plusieurs gestionnaires de communauté, j’étais sur mon compte Discover America, mais en réalité, je pensais que j’étais sur mon compte personnel et j’ai retweeté un fait divers… Heureusement, je m’en suis rendue compte immédiatement et je l’ai supprimé en quelques secondes. Depuis, je suis plus vigilante.

 Quelle est la première chose que tu consultes en commençant ta journée? Twitter, Facebook, emails, autres?

Facebook et Twitter. Ensuite, mes 6 boîtes de courriel! Je termine sur Instagram, Pinterest et LinkedIn.

 Quel est ton outil préféré?Facebook, Twitter, YouTube, HootSuite, tumblr?

J’utilise la nouvelle application de page manager sur mon iPhone, c’est génial. Pour Twitter, j’utilise HootSuite et Wildfire pour Facebook. Bitly et Tweetdeck sont pratiques aussi.

 Les médias sociaux évoluent vite. Comment te gardes-tu à jour?Que consultes-tu comme site?

J’aime beaucoup suivre  Yul contenu sur Facebook. Évidemment, Mashable. Les billets de Michelle Blanc. J’aime chercher dans Google tout simplement.

 Quel est le plus grand défi pour ta marque?

Le grand défi est justement le fait que ce n’est pas vraiment une marque connue, comme peuvent l’être Tim Hortons ou Mazda, qui sont déjà implantées depuis plusieurs années. Je tente de faire découvrir Discover America,car peu de gens risquent de faire des recherches  pour trouver notre organisme sur Twitter ou Facebook. Je dois établir des contacts avec les influenceurs du web.  Au début, notre marque n’avait pas de gestionnaire de communauté francophone, donc les publications étaient simplement traduites de l’anglais, sans qu’il  n’y ait de réelle interaction avec la communauté. Quand j’ai commencé, j’ai dû rebâtir la confiance des gens. Qui plus est, c’est difficile d’aller chercher la population francophone sur Twitter puisque notre raison sociale est en anglais, mais j’y travaille.

 Es-tu plus iPhone, Android ou BlackBerry?

Sans aucun doute, iPhone, j’en ai 2!

 Question #jeudiconfession : quels comptes Twitter ou pages FB serais-tu gênée d’avouer suivre?

J’avoue être abonnée au @postsecret ! J

 Que penses-tu de Google+?

Ce n’est pas mon coup de cœur, ça semble être plus populaire auprès des habitués du web qu’auprès de monsieur et madame tout le monde. Je n’ai aucune idée de son avenir…

 Que penses-tu de Pinterest?

Je pense que Pinterest est voué à un grand avenir. Pinterest m’a séduite. Je manque un peu de temps, mais on devient accro quand on commence à y pinner des trucs. J’aime la photographie et c’est un réseau social où la photo y est prédominante. J’adore.

 Si tu pouvais choisir la marque pour laquelle tu voudrais être gestionnaire, quelle serait-elle?

Les Expos! Mais le club  n’existe plus. L J’aimerais bien travailler avec l’équipe de Radio-Canada ou, dans un tout autre registre, pour une marque automobile.

 À quoi ressemblent tes journées?

Étant donné que je suis à temps partiel, ce n’est jamais pareil. Je travaille le matin, le soir et le week-end et même la nuit! Je dois planifier parfois mes posts plusieurs jours d’avance puisque je ne sais jamais si je serai disponible. Ça demande une très grande organisation de mon temps.

 Comment vois-tu l’avenir de la profession? Son évolution?

Je lui prédis un bel avenir. C’est un métier qui est là pour rester. Certaines marques sont encore réticentes à engager un gestionnaire de communauté, mais je crois qu’un jour,  cette profession sera indispensable.  D’après moi, ça ne tardera pas et il y aura des cours à l’université dans ce domaine, comme l’Inis le propose présentement.

 Des anecdotes intéressantes?

Dernièrement, dans le cadre de mon travail, je suis allée à une réception à la maison du consul des États-Unis et jen’aurais jamais cru aller là dans ma vie, je trouve ça cocasse.

 Ta plus grande qualité en tant que gestionnaire de communauté? Ce qui te caractérise?

À égalité, ma curiosité et mon esprit d’initiative.

Quel autre gestionnaire de communauté admires-tu? Qui t’influence?

J’adore le travail de Nadine Mathurin (Radio-Canada), Nellie Brière (Radio-Canada), Andrés Restrepo (Artv) et Xavier Konström Richard (Tou.tv). Ce sont des passionnés très généreux de leur temps et ça transparait dans leur travail. J’ai eu la chance de connaître Nellie et Nadine en travaillant avec elles sur le blogue Les murs ont des antennes et c’était plaisant! Ma découverte 2012, c’est Melissa Carroll / SPVM, elle fait du beau travail.

 Quels sont tes #FF tes incontournables?

Plusieurs, mais je dirais :

@Daniele_henkel, femme inspirante., @KimAuclair@Guglielminetti @fdaudens

 Quel pourcentage de ton temps sur les médias sociaux consacres-tu à ton compte perso?

Trop! C’est rendu que je me fais appeler «petit bébé virtuel» par mes proches.

 Si tu n’étais pas gestionnaire de communauté, tu ferais quoi?

Journaliste web ou chargée de projet web

 Est-ce que tes amis et ta famille comprennent ce que tu fais, ou es-tu celle qui passe sa journée sur FB et Twitter?

Je pitonne. Non, je blague, je pense qu’ils comprennent, mais ils ne travaillent pas du tout dans le même domaine donc c’est plus difficile de comprendre ce que je fais réellement.

 Que recommandes-tu à quelqu’un qui désire faire cela comme métier?

Restez authentique, car il faut des gestionnaires de communauté de toute sorte. Il faut aussi refléter une marque qui représente nos valeurs, sinon ce sera difficile d’être crédible, et  rester à l’affut des nouveautés du web.

 Quelles sont tes adresses personnelles?

Facebook : https://www.facebook.com/joanie.lavoie
Twitter : @joanielavoie
Pinterest: http://pinterest.com/joanielavoie/
Linkedin : http://www.linkedin.com/pub/joanie-lavoie/23/60/b07

 

***

 


Autres portraits de gestionnaires :

 

 

 

Lecture

Démystifier le métier de gestionnaire de communauté au Québec
What does it take to be a social media strategist?
Les médias sociaux comme métie
5 phrases à ne pas dire a un community manager
10 qualities of a successful Social media manager
L’emploi du temps d’un community manager
Community managers : entre clichés et méconnaissance
La place du community manager dans les strategies social media
Caracteristics of a community manager
Lexique du gestionnaire de commuanuté