Portrait d’organisateur d’événement : Serge Pointet

Author: | No Comments »

Avec un parcours très diversifié, Serge Pointet à joint l’univers du spectacle il ya a plus de 20 ans. Travaillant sur des projets tels que les Jeux Olympiques, la visite du Pape à Paris, plusieurs défilés, de la mise en scène, bref, cet autodidacte est définitivement un touche à tout. C’est par la suite qu’il créera sa compagnie La Prod, pour faire des événements comme il l’entend. Vous avez assisté à l’Apéritif à la Française? C’est lui qui a succèdé Marie-Annick. La tournée conférence Pan Canadienne pour Ranstad et travaille sur l’anniversaire de la Place Ville-Marie en 2012.

Aujourd’hui, avec à son actif des projets impressionnants, il nous partage son portrait de carrière.

En quoi avez-vous étudié?

Je suis un autodidacte atypique. J’ai commencé dans ce milieu sans diplôme en poche et rien ne me prédisposait à rentrer dans cet univers. J’ai tout appris sur le terrain. Avec le recul de l’expérience, je reste d’ailleurs convaincu que le terrain est le meilleur des diplômes dans ce métier.

Cela fait combien d’années que vous organisez des événements?

J’ai commencé à travailler dans l’univers du spectacle en 1991, 20 ans déjà !

Comment avez-vous commencé à organiser des événements?

À 19 ans, j’ai commencé comme assistant puis ingénieur son sur des tournées d’artistes reconnus tels que Bernard Lavilliers, Renaud, Etienne Daho, Johnny Clegg et sur des grand spectacles tels que l’ouverture des jeux Olympique d’Albertville, le défilé du siècle ou le bicentenaire de la tour Eiffel. En 1997, j’ai sauté dans le grand bain. On m’a confié la direction technique de la visite du Pape à Paris…1 million de pèlerins réunis au Champ de Mars au pied de la tour Eiffel. Une année de préparation. Près de 100 personnes dans l’équipe. Petit projet, disons, formateur ! Puis j’ai travaillé en théâtre à titre de régisseur et assistant à la mise en scène au théâtre du Châtelet, à L’opéra Garnier, au Festival d’Avignon. J’ai fait un détour dans le monde du cinéma dans lequel j’ai produit plusieurs courts-métrages et un long-métrage primé au festival indépendant de new York).

 

J’ai ensuite bifurqué vers l’événement corporatif, comme directeur technique, régisseur général, directeur de production et producteur.  J’ai finalement enchaîné les événements corporatifs d’envergure, pour diverses agences à Paris (le Public système, Auditoire, Market place, la Mode en Images) et évolué professionnellement vers le métier de producteur.  Les quatre dernières années à Paris, je travaillais presque exclusivement pour la Mode en Images, sans doute la plus prestigieuse agence d’événements au monde; une véritable référence dans le domaine du luxe en France comme à l’international. J’ai beaucoup appris.

 

En 2003, je suis arrivé au Canada et après avoir travaillé pour le festival Juste pour Rire puis Cossette, j’ai créé ma compagnie, Laprod, pour faire des événements à ma mesure. Mon expérience combinée du monde du spectacle et de la communication ont fait de moi un homme pluridisciplinaire, pas trop mal armé pour le monde de l’évènementiel de Marque.

Quelles sont les qualités essentielles pour être un organisateur d’événement?

Créativité, rigueur, gestion du stress, compréhension des besoins du client et de sa marque.

Quel est l’événement le plus flyé que vous ayez organisé?

Difficile de choisir… Je pense que les défilés Alexander Mc Queen et les shows Louis Vuitton sont parmi les plus flyé que j’ai réalisé. Pour une marque automobile française, j’ai fait voler des voitures à travers un aréna. Quand le flyé rencontre la prouesse technique, c’est le fun !

Nommez quelques événements que vous avez réalisés ?

À Paris, j’ai collaboré à plus de 150 défilés de mode dont ceux de Louis Vuitton, Jean-Paul Gaultier, Nina Ricci, Yves Saint-Laurent. J’ai également réalisé plusieurs lancements de voitures pour Renault et Citroën, le bicentenaire de la tour Eiffel, les Laureus Sports Awards à Monaco pour Cartier et beaucoup d’autres… Au Canada, je citerai les Randstad Awards (Toronto), le lancement de la montre Chromatic pour Chanel (Vancouver, Toronto), le Pavillon de la France (400e de Québec), les ouvertures de boutiques Chanel (Montréal et Vancouver), la soirée du 50e anniversaire d’Astral (Montréal), le L’Oréal Color Trophy ou encore l’exploitation de commandite de Loto Québec.

Soirée Astral

À New York, nous avons réalisé des événements très haut de gamme comme le lancement du parfum Miss Dior Chérie avec la présence de Nathalie Portman qui en était l’égérie, la soirée pour l’inauguration de la nouvelle boutique Lacoste ou encore le lancement d’une collection Haute Joaillerie de Cartier.

 

Quel est l’événement dont vous êtes le plus fier?

Tous les événements que nous réalisons me procure un vrai plaisir. À chaque fois, il faut créer quelque chose de nouveau, faire vivre une expérience unique et mémorable. Ma plus grande fierté est d’être le véhicule d’une émotion, de laisser une empreinte bien au-delà de l’événement.

Quel est votre meilleur coup?

Le bon coup, c’est quand vous avez créé un événement en adéquation avec la marque et son message. Le fameux effet « waouh » ou le Stunt n’est pas toujours accessible. Aujourd’hui nous vivons dans un monde où les gens voient tous les jours des choses visuellement incroyables et malgré les croyances, le vrai stunt peut coûter cher…

 

Quelle est votre pire gaffe en événement?

Honnêtement, je n’en vois pas.

Faites-vous beaucoup d’événements reliés à des levées de fonds. En quoi est-ce différent ?

À Laprod nous avons une approche basée sur « la dette et le don ». La dette est ce que nous devons aux invités, clients, participants… C’est incompressible. C’est ce qui rendra la marque désirable (ou détestable si les détails ne sont pas à la hauteur !) Le don est ce qui va donner du plaisir, tout simplement.Quand le désir rencontre le plaisir, là, on tient quelque chose d’authentique et fort. Il est important de bien placer le curseur entre ces deux intentions surtout pour des évènements de levée de fonds…

Vous faites beaucoup d’événements à l’extérieur de Montréal en Europe etc. Quels sont les plus grands challenges pour l’organisateur?

Le plus grand challenge pour nous est de trouver des fournisseurs fiables, qui comprennent notre approche, notre souci presque maladif du détail et qui soient en adéquation avec notre philosophie.

 Où puisez-vous votre Inspiration?

L’inspiration vient de toute part ! Mon budget Magazines et Livres est inavouable ! je devrais être actionnaire d’Amazon! Les compagnies de conception visuelle et d’environnement immersif comme Moment Factory, Superbien, les artistes visuel comme Doug Aitken ou James Turrell et les metteurs en scène de spectacles de danse ou de théâtre, comme Robert Lepage, Robert Wilson, Philippe Decouflé sont de vraies sources d’inspiration.

Un autre organisateur qui vous inspire ?

L’homme qui m’inspire le plus est le fondateur de l’agence La Mode en Images, Olivier Massart. Concepteur, idéateur, metteur en scène, visionnaire, il a réussi à amener l’événementiel là où peu de personnes dans le monde sont allés. Allez voir son site.

Quelle est votre dernière découverte ou élément que vous aimez utiliser?

Je suis allé, il y a quelque temps au troisième anniversaire de l’agence  W.illi.am, à la SAT. Ils ont travaillé à la SAT(opshere) nouvellement intégrée : c’est impressionnant en terme d‘immersion visuelle. J’aimerais l’utiliser pour un de nos clients.

Un fait cocasse vécu sur un événement ?

Nous avions fait un runway 100% en plexiglas pour un client :100’ de long, 10’ de large, l’incarnation même de la pureté ! La répétition avec les modèles se déroule parfaitement, mais 10 minutes avant l’entrée publique, un modèle monte sur le runway et … glisse ! Panique du côté de l’équipe américaine…Nous leur expliquons que les choses seront sous contrôle dès que nous aurons mis, comme le veut la technique habituelle, des coups d’exacto et du spray net sous les semelles des chaussures. Mais rien n’y fait… Ils se mettent frénétiquement asperger du Coke sur toute la surface du Runway, qui évidemment crée de magnifiques taches marron ! Mais au même moment, le public entre en salle…Grand moment de gloire pour l’équipe de nettoyage.

Sur quoi vous travaillez en ce moment?

Je travaille tout le temps, mon esprit ne s’arrête jamais, il est toujours en veille ! Je me réveille souvent la nuit avec un concept ou un décor… Mais plus concrètement nous travaillons sur la planification stratégique et la production des évènements pour 2012, notamment les 50 ans de la place Ville Marie.

Quel est votre opinion sur l’utilisation des médias sociaux en événement?

Soit en les intégrant dans le concept (tweet wall) (prendre photo et les tagger sur place sur FB) ou pour en faire la promotion. Les medias sociaux en tant qu’outil de promotion d’un événement sont incontournables, c’est évident. Mais je crois que le sentiment du “vite-allons-sur-facebook-on-va-avoir-l’air-de-fous-si-on-n-y-est-pas” est une erreur.  Si l’on veut prendre le risque d’exposer sa Marque au buzzomètre viral, autant mettre toutes les chances de son côté pour qu’il soit positif et surtout, en phase avec les attributs de sa e-Marque. Et il faut être prêt à contenir un éventuel buzz viral négatif…

D’après vous, quel est l’avenir de cette industrie?

De plus en plus, l’événement est intégré au plan de communication de la Marque. Il est considéré comme un media à part entière. Alors, le meilleur est à venir !

 

Pour suivre LaProd sur Facebook/LaProd

 

Rachel St-Amand @Rachelstamand


Chacun contribue au 24h de Tremblant!

Author: | No Comments »

Cette semaine je veux vous parler d’un événement qui m’est très cher de par le fait que j’y ai contribué, et continues d’y contribuer activement à ce jour, soit le 24h de ski de Tremblant qui aura lieu ce w-e du 9 au 11 déc.

QU’EST-CE QUE LE 24H AU JUSTE?

L’activité principale de l’événement est en fait une course à relais à ski en équipe durant 24h consécutives sur les pentes de Tremblant. Les équipes se défient à cumuler le maximum des descentes durant 24 heures mais surtout à amasser des dons au bénéfice d’organismes qui viennent en aide aux enfants. Le 24 h de ski en est en fait à sa 11e édition et a amassé plus de 8 millions de dollars pour les enfants malades ou défavorisés. Sur le site de l’événement, des spectacles musicaux, des activations intéressantes de partenaires ainsi qu’ un nombre incomparable de vedettes québécoises et canadiennes provenant tant du niveau musical, culturel et sportif font en sorte que l’endroit devient un lieu bouillonnant d’énergie et de féerie, bref un must à mettre à vos calendriers.

Je pourrais parler de plusieurs aspects très intéressants de l’événement, tel que le système de levée de fonds qui a été développé tout spécialement pour l’événement, des spectacles enivrants sur le site ou encore des partenaires de l’événement qui font également leurs propres levées de fonds.

Effectivement, dans les années antérieures, Volkswagen, TELUS et NRJ pour n’en nommer que quelques uns ont fait des levées de fonds incroyables afin de soutenir l’événement. Encore une fois cette année TELUS et NRJ s’impliquent d’une manière créative avant l’événement.

TELUS

TELUS a crée un tab via la page Facebook du 24h où ils invitent les gens à décrocher une étoile pour la cause en créant une étoile d’encouragement. Pour chaque étoile d’encouragement envoyée au ciel interactif, TELUS remettra 2$ au 24h de Tremblant.  De plus, via le même tab, TELUS ont plusieurs autres initiatives telles qu’inviter les internautes à faire un don en ligne qu’ils doubleront, ou encore à acheter la chanson ou sonnerie « Jam Social » de Misteur Valaire dont les profits seront également remis au 24h de Tremblant ou encore, de télécharger l’image officielle des étoiles du 24h afin de répandre le mot facebook.com/24hTremblant ou Twitter @24tremblant.

 

 

NRJ

NRJ quant à eux font une tel qu’à leur habitude une superbe campagne de relations publiques en ondes ainsi que via le web en faisant la promotion de la marche NRJ, une marche partant de Montréal se rendant jusqu’au village piétonnier de Tremblant servant également à amasser des fonds pour l’événement. Aidant NRJ à amasser des fonds pour la marche, les animateurs ont crée une initiative au sein de laquelle des tuques de l’événement sont mises à l’enchère.

 

Enfin, outre les partenaires et la levée de fonds, le 24h de ski est un événement incroyable où l’ambiance est singulière. Quoi de mieux afin de vous la décrire que de regarder en direct. En effet, depuis l’an dernier, l’événement peut être vu en direct sur le web grâce à une diffusion en direct pour ceux qui auraient voulu venir mais ne pouvaient pas ou encore pour les curieux ne connaissant pas l’événement. Voici le lien afin de suivre la diffusion en direct de cette année! Aucune excuse n’est permise de ne pas être au courant de l’événement avec sa diffusion en direct sur le web.

 

La programmation de l’événement vient d’être complétée et cette année s’annonce tout aussi intéressante avec des prestations de Yann Perreau, Catherine Major, Random Recipe, Martin deschamps et plusieurs autres – mais suivez le lien afin de découvrir le tout par vous-même!

Enfin, quoi vous dire de plus, que d’y être afin de le découvrir…Je vous laisse avec ce vidéo très touchant produit par Vokswagen l’an dernier :

Bonne fin de semaine et j’espère vous voir au 24h de Tremblant en fin de semaine prochaine!

Myriam @myriam_veilleux

 


L’importance de l’intégration des médias sociaux dans un événement

Author: | No Comments »

Allant d’événement en événement (ou du moins il me semble!) depuis quelque temps – hier soir j’ai eu la chance d’assister à une soirée privée à la boutique Kiehls  sur la rue Ste-Catherine. Cette soirée a eu lieu dans le cadre du 160e anniversaire de la marque.

160 personnes ont été invitées et ce, à 100% via twitter faisant en sorte que l’ensemble de la clientèle présente pour la soirée était branchée sur ce médium, prouvant une très bonne stratégie en pré-événement afin de faire du bruit sur la page twitter de Kiehls mais également, le fait que twitter ait été utilisée en tant qu’outil pré-événementiel a sans aucun doute servi à propulser la soirée même sur ce médium hier soir.

Ayant moi-même tweeté à quelques reprises sur l’expérience vécue, j’ai également constaté que mes comparses faisaient de même et donc, que la page de Kiehls était remplie de commentaires positifs par rapport à l’expérience vécue sur les lieux! Bonne idée.


Tout était pensé afin que les invités se sentent réellement traité aux oignons, que ce soit par une consultation privée avec des cosméticiennes Kiehls donnant un service de recommandation personnalisé en fonction du type de peau de chacun des invités et – wow – surprise, chaque personne effectuant la consultation repartait avec les produits conseillés gratuitement!!!Belle surprise! :)

Ou encore par un photobooth à l’entrée de la boutique où chacun des invités était convié à se faire prendre en photo et repartir avec le cliché – typique de celles sortant des cabines photo dans les métros.

Et également par les possibilités de gagner encore plus de produits Kielhs par la lecture de codes QR « chanceux » sur les cupcakes données aux invités ou encore, en participant au concours Facebook Kiehls où il y avait également une possibilité de gagner des prix instantanés.

En somme, une superbe soirée incluant cupcakes avec code QRs, cocktails, bouchées, photobooth, concours via Facebook et surtout, les organisateurs avaient choisi du  personnel souriant et extrêmement aimable qui ont définitivement contribué au succès de l’événement !  Néanmoins, il demeure que selon moi, le succès dans la soirée ne repose pas uniquement dans la façon dont elle a été exécutée mais également, dans la manière dont les médias sociaux ont été utilisés afin de propulser le tout sur le net et créer du bruit autour de l’événement.

Félicitations à Kielhs! Un autre 160 ans et j’espère être invitée pour la prochaine soirée à votre boutique!

Bonne semaine

Myriam @myriam_veilleux


Portrait de carrière en événementiel : Lyne Branchaud

Author: | 1 Comment »

Il existe plusieurs professions méconnues qui gravitent dans le monde de l’événementiel. Au courant des prochains mois, je vais tracer le portrait de gens unique qui occupent des professions pionnières ou émergentes dans le domaine de la conception d’événement.

Cette semaine, je vous présente Lyne Branchaud. Non seulement elle se démarque dans le milieu, est active sur les réseaux sociaux, enseigne à Zoom Académie, mais également à écrit ”L’organisation d’un événement – guide pratique” qui a été vendu à plus de 2 080 exemplaires. Lyne Branchaud, une organisatrice accomplie!

Comment tout à  commencé ?

Après avoir travaillé 10 ans dans des agences de publicité, j’ai bifurqué en agence d’organisation d’événements, puis du côté client chez Provigo (au marketing – commandites), puis chez Uniprix comme coordonnatrice, puis Chef des événements et commandites. Depuis maintenant 1 an, je suis consultante en organisation d’événements et en communication.

Nomme 3 qualités essentielles à un organisateur d’événements?

Il en faut beaucoup plus que 3 LOL ! Mais je dirais être capable d’avoir une vision d’ensemble du projet et de comprendre les enjeux stratégiques, avoir le souci du détail et savoir se ”virer sur un 10 cents” rapidement et avec le sourire !

Il y a d’ailleurs eu une discussion sur ce sujet sur LinkedIn

Une brève liste des événements que tu a organisés et celui dont tu es la plus fière

Tournois de golf, 5 à 7, soirée de gala, salons/expositions, soirées reconnaissance, exploitations de commandites au festival de jazz, jeux du Québec et à la Coupe Rogers, congrès, assemblées annuelles, formations/conférences, etc.

Ce dont je suis le plus fière n’est pas un événement, mais plutôt toutes mes différences expériences en événements qui m’ont permis d’écrire  un livre ‘L’organisation d’un événement – guide pratique”. Ce fut un défi personnel et un projet extrêmement enrichissant, grâce auquel j’ai pu rejoindre et aider plusieurs intervenants du milieu événementiel. Je suis toujours surprise de recevoir des témoignages de planificateurs d’ici, de l’Europe ou de l’Afrique ! On ne s’attend pas à ça quand on écrit seule chez soi !!!

La pire gaffe que tu as faite en organisation ?

Mmmmm… Attend que je réfléchisse… Je dirais ne pas avoir informé les participants du développement de la situation lors d’un événement où on a eu un problème d’informatique. Nous étions tellement absorbés à tenter de résoudre le problème que la communication avec les participants a été déficiente.

 

On sait que tu es professeur à Zoom Académie, pourquoi aimes-tu enseigner?

J’adore enseigner pour plusieurs raisons; d’abord, pour encore m’émerveiller devant l’imagination débordante des étudiants (ils ont souvent de sapré bonnes idées !), pour voir la passion de l’événementiel dans leurs yeux, pour leur transmettre mon savoir et qu’ils puissent profiter de mon expérience et pour l’échange hyper intéressante qu’il y a avec eux. Ils sont tellement motivés et intéressés !

Où puises-tu ton inspiration ?

Auprès de mes étudiants, de mes amis du milieu événementiel, en participant à d’autres événements et sur les médias sociaux ! Il faut toujours garder la ”switch à on”, car peu importe où on est, l’inspiration peut toujours nous frapper !

Un organisateur qui t’inspire ?

Marie-Annick Boisvert pour sa ”drive”, Julie Massicotte de Productions Tapis Rouge pour sa passion et son sens de l’esthétisme et l’équipe Spectra pour leurs accomplissements d’envergures et leur créativité renouvelée.

Une nouvelle tendance-découverte

J’adore utiliser le logiciel Prezi lorsque je fais des conférences (il a remplacé le traditionnel PowerPoint que j’utilisais). J’aime aussi utiliser les gobos pour la projection et j’ai adoré l’idée du mur de clés USB pour remettre des prix, inventé par une de mes étudiantes lors d’un événement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un fait cocasse vécu sur un événement

Il y en a eu plusieurs, mais que je ne peux pas raconter ici !!! Celui dont je me rappelle est un animateur qui s’était enfermé par erreur dans une salle 5 minutes avant son entrée en scène. Il a dû nous appeler de son cellulaire pour qu’on aille le sortir de là LOL.

Que penses-tu de l’integration des reseaux sociaux en événement?

Je crois que c’est une pratique qui s’accentue depuis les 2-3 dernières années. Ce sont des canaux de communication, comme plusieurs autres, à intégrer dans ses stratégies de communication événementielle, car en plus d’être gratuits, ils offrent de la visibilité avant, pendant et après l’événement et permettent les échanges avec et entre les participants. Les réseaux sociaux sont des outils d’instantanéité et de partage, et permettent également d’avoir accès à une clientèle qui pourrait être difficile à rejoindre autrement. Les pages Facebook, les Tweetwalls, les check-in sur Foursquare, etc. sont de plus en plus populaires lors d’événements grand public.

D’après toi, qu’elle est l’avenir de cette industrie ?

On le voit depuis quelques années, la quantité d’événements ne diminue pas, mais ils se transforment. On y intègre les médias sociaux, on informatise, on interagit beaucoup plus avec les participants et ils deviennent de plus en plus stratégiques. Je souhaite de tout cœur longue vie au milieu événementiel !

****

Pour suivre Lyne sur les médias sociaux :

Site web : http://guideevenement.com
Facebook Facebook.com/lyne.branchaud
Twitter : Twitter.com/guideevenement
LinkedIn : Linkedin.com/in/lynebranchaud

Rachel St-Amand @Rachelstamand


Organiser des événements sportifs, un art!

Author: | 1 Comment »

Aujourd’hui je vous parle d’un sujet que je connais bien, la production d’événement sportifs – mais pas n’importe lesquels, soit des événements qui amènent des sports qui sont niches dans des milieux urbains. C’est possible? Bien oui évidemment si j’en parle ;) Effectivement, j’ai travaillée et collabore encore occasionnellement avec une compagnie de production événementielle se spécialisant dans le domaine des sports alternatifs qui s’appelle PRO AM Productions et qui fait exactement ça.

Ils amènent des événements de snowboard ainsi que de wakeboard en milieux urbains – là où il n’y a ni neige, ni eau et montent un parcours impressionnant pour des citadins urbains qui n’ont pas la chance de voir des athlètes dans le domaine des sports alternatifs s’adonner à leur passion et/ou encore, qui présente ces sports à des gens qui ne les connaissent pas ou peu. Quel est l’avantage ou le bénéfice de faire ces événements et/ou de s’y associer? Il y a plusieurs aspects positifs de s’associer à des événements inusités qui suscitent de l’intérêt auprès des passants. En effet, que ce soit afin que votre marque se démarque du lot ou encore afin de créer un effet « wow », des événements incluant un élément inusité sont réellement de bonnes valeurs pour des commanditaires ou encore des milieux se cherchant quelque chose afin d’attirer l’oeil sur eux.

Parmi les événements produits par PRO AM Productions se retrouvent ainsi des tournées de wakeboard et de snowboard en milieu urbain qui parcourent la province d’année en année . La recette fonctionne car PRO AM œuvre dans le domaine depuis maintenant plus de 9 années et produit en moyenne quelque vingt événements annuellement. Leur dernier événement ayant eu lieu à Drummondville le 10 juin dernier a encore une fois été un succès comme vous pourrez le constater par la lecture du billet sur leur site web.

Enfin, je voulais simplement vous faire un petit topo d’événements un peu hors du commun. Il y en a certes beaucoup d’autres mais cette compagnie fait bien les choses et Philippe Joyal, à la tête de PRO AM Productions est non seulement un amateur des sports alternatifs mais également un expert du milieu qui saura s’adapter aux besoins de vos clients. Si jamais vous désirez voir de quoi il s’agit par vous même – soyez au rendez-vous le 22 juillet prochain au Radio Lounge du Quartier 10-30!

 

Bonne semaine!

Myriam @myriam_veilleux